Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 21:09

La crise du COVID a bouleversé nos façons de travailler. Elle a poussé les entreprises à se réorganiser. Elles ont dû, en un temps record, adopter de nouveaux modes de travail (télétravail, etc.). De nombreux salariés ont été obligés de répondre, du jour au lendemain, à plusieurs tâches : travail, ménage, cuisine, école des enfants, etc. L’entreprise a montré que, lorsqu’il y a une vraie volonté, il est possible de changer nos comportements et que les résistances sont plus psychologiques que réelles.

Par ailleurs, une crise, c’est aussi l’opportunité d’une renaissance. C’est l’occasion de repenser la façon de travailler ensemble, d’organiser différemment son travail, de prendre soin de la santé des salariés : Nourriture, sédentarité, rythme de travail, équilibre vie professionnelle / Vie personnelle, accompagnement des différentes transitions sociales (retour de grossesse, de maladies, chômage partiel, restructuration, évolution numérique, la place des hommes et des femmes tenant compte de leurs particularité physiologiques, etc.).

Le journal Marie Claire a proposé, le 28 Mai, un Think Tank pour une meilleure égalité entre les hommes et les femmes au travail et qui tienne compte des spécificités de chacun. Dans cette dynamique plusieurs évolutions entraîneraient des changements notables pour la santé et l’épanouissement de tous.

  • Alimentation : Avoir une restauration plus libre permettant à chacun de trouver une nourriture adaptée à ses besoins et ses spécificités alimentaires. Faire une plus grande place aux fruits et aux végétaux dans les propositions alimentaires. Sortir des pauses croissants et pains au chocolat pour proposer des pauses avec des fruits, des légumes, des graines, des jus d’extraits de fruits et légumes, etc. L’entreprise a une responsabilité sur la santé de ses employés à travers l’offre alimentaire qu’elle propose. En s’engageant dans cette voie, elles participeront à soulager de nombreuses femmes et d’hommes dans leurs préoccupations corporelles.
  • Lutte contre la sédentarité : La sédentarité est à l’origine de nombreuses pathologies, notamment cardiovasculaires. De plus, le maintien d’une forme physique est une préoccupation de nombreuses femmes, et de plus en plus d’hommes. Il est souvent difficile de concilier travail et exercices physiques, sachant que l’on préconise actuellement trois séquences d’une heure d’exercices physiques par semaine pour obtenir un impact significatif sur la santé ou cinq séquences de trente minutes par semaine. De plus, les salariés passent beaucoup trop de temps assis, que cela soit à travers leur travail personnel ou au cours de réunion. En outre, ils n’ont pas toujours le temps et l’énergie pour pratiquer du sport, après de longues journées de travail. Aussi, l’entreprise peut encourager le travail debout à des bureaux pour multiplier les changements de postures entre assis et debout. Il est possible de faire des réunions en marchant. Elles ont montré leurs vertus créatives. On peut diminuer le temps de réunion, donc le temps assis, en préparant beaucoup plus celles-ci en amont, celles-ci ne servant qu’à valider des décisions. Au cours des réunions, trop de temps est perdu à prendre connaissance des dossiers ou dans des présentations qui peuvent être effectués en amont. Il est important de vérifier la fonctionnalité de ses réunions pour avoir une approche plus écologique et plus économiques. Faire en début de matinée des réunions d’équipes informatives debout face à un tableau d’activité, etc. Ils existent ainsi de nombreuses techniques de management et de travail pour diminuer le temps assis et de sédentarité.
  • Repenser les rythmes de travail : En France, les journées de travail sont particulièrement étirées. Il existe parfois une course à celui qui travaille le plus tard. Dans bien des entreprises, on se met vraiment à son travail personnel après 18H et de nombreuses réunions, quand dans de nombreux pays anglosaxon, il est mal vu de rester au travail après 17H30. Ces longues journées génèrent de la pression et du stress sur l’organisation de la vie personnelle et de la gestion des enfants. Le présentéisme est aussi à l’origine de nombreux maux. L’absence de temps de décompression entre le travail et la vie personnelle font que, le soir, de trop nombreuses personnes purgent leur tension à travers des compulsions alimentaires, de l’alcool ou des cigarettes[1]. Arrivés à la maison, de nombreux parents courent pour faire les devoirs, la cuisine et le bain pour les enfants. Cette course est source d’un stress qui a lourd impact sur l’épanouissement des salariés et, finalement sur la santé des salariés et leur efficacité au travail. Il peut être à l’origine d’une charge mentale notamment pour les femmes. Des entreprises ont choisi d’interdire les réunions après 18H et de ne pas stigmatiser les parents qui doivent partir plutôt pour gérer les besoins familiaux. Le télétravail est une opportunité pour diminuer du temps perdu dans les transports et augmenter l’efficacité de travail. En effet, lors du télétravail, il y a moins d’interruptions, ce qui permet des séquences plus longues et plus productives. Les non-fumeurs n’ont pas l’opportunité de bouger pour aller fumer et ont des séquences de travail beaucoup plus long que les fumeurs, ce qui est à l’origine d’une inégalité. Certaines entreprises proposent des espaces de décompression, dans des bulles de silence, où les personnes peuvent faire de courtes siestes, pratiquer de la cohérence cardiaque, bailler, se faire masser ou méditer[2]. Ces pauses respiratoires sont aussi nécessaires les silences en musiques pour la mélodie. Enfin, les entreprises devraient accompagner les salariés pour leur permettre un rapprochement géographique des salariés. Le temps de trajet est un enjeu de santé principalement en région parisienne.
  • Proposer une conciergerie pour décharger les salariés des difficultés familiales : Les familles sont confrontées à de nombreux problèmes à résoudre (enfants malades, aide scolaire, trouver un plombier, réparer sa voiture, prendre des rv médicaux, etc.). Toutes ces difficultés sont sources de soucis qui peuvent parasiter l’attention au travail. Les entreprises devraient proposer systématiquement l’aide d’une conciergerie pour faciliter la vie personnelle de leurs employés.
  • Prendre en compte les transitions professionnelles en proposant un parcours de reprise du travail : Les salariés sont confrontés à des arrêts de travail dus à des grossesses ou à de graves maladies comme le cancer. Il n’est pas toujours facile de reprendre le travail, de se reconnecter à la réalité de l’entreprise et à retrouver un rythme. Les entreprises pourraient proposer un parcours santé pour aider les salariés à reprendre pas à pas leur place dans l’entreprise. Ce parcours santé est le fruit d’un compromis entre la médecine du travail, le manager, les ressources humaines et le salarié pour le rendre réalisable dans le contexte de l’entreprise. L’entreprise peut mettre aussi des espaces d’écoute et d’expression pour permettre au salarié de partager ses difficultés dans la reprise du travail. Des sherpas, pair aidant, peuvent être nommé pour accompagner le salarié dans sa reprise. En effet, on sait qu’après trois arrêts de travail, il y a un grand risque d’invalidité. Après la crise du COVID, il est nécessaire que les entreprises prennent le temps de prendre connaissance comment leurs salariés ont vécu leur confinement et le télétravail. Certains sortent de cette période épuisée et ne peuvent pas reprendre la vie professionnelle comme avant. Il est important de faire un temps d’accueil des salariés et pour inventer la façon de travailler ensemble, en tenant compte des gestes barrières, tout en ne perdant pas l’humanité de la vie ensemble. Ces transitions sociales doivent être pris en compte dans le document unique qui regroupe les moyens mis en oeuvre par l'entreprise pour prévenir les risques psycho-sociaux. Accompagner les salariés dans sa reprise du travail est un enjeu pour la société comme l’entreprise.
  • Prendre en compte le rythme féminin : Le cycle menstruel est source d’une variation de de forme et de productivité. Une entreprise moderne et humaine se doit de tenir compte de cette réalité en adaptant le rythme de travail et les sollicitations en fonction des contraintes du syndrome prémenstruel et du temps de menstrues. Une organisation du temps du travail et des jours de bienveillance peuvent être proposés aux femmes. En outre, dans l’évaluation de son poste, il devrait être évalué l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle. En effet, la charge de travail liée au travail à la maison altère la santé des salariés et donc son efficacité.
  • Soutien aux femmes et, parfois aux hommes, maltraitées : De trop nombreuses personnes souffrent de violences conjugales. L'entreprise peut apporter une aide sociale en terme de moyen et de logement pour protéger ses salariées et leur permettre de continuer à s'investir pleinement dans leur travail. L'autonomie financière est un gage d'égalité.
  • Une veille sur l'égalité salariale et de la promotion : Avec les partenaires sociaux, chaque entreprise devrait faire un audit sur les égalités des chances au sein de son entreprise.

Le management d’aujourd’hui se doit d’être humain. Un salarié heureux et épanouit travail mieux, est plus créatif et plus productif. Restaurer l’épanouissement personnel et l’efficacité de l’entreprise peut structurer un projet d’entreprise et participer à son image. La crise du COVID est l’occasion pour les entreprises d’êtres créatives, modernes et humaines.

 

[1] Seznec JC : J’arrête de lutter avec mon corps. Ed PUF.

[2] Seznec JC et Le Guen S : Débrancher son mental, trucs et astuces pour ne plus ressasser et profiter de la vie. Ed Leducs.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog à palabres
  • : Espace de créativité, d'échanges et de palabres sur la vie, les humains et la psychologie. Boite à trucs et astuces mais aussi à réflexions
  • Contact

Recherche

Liens