Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 07:52

Le XXIème siècle apparait comme un siècle critique pour la nature (les humains étant un élément de cette nature). Il la confronte à de nombreux risques : extinctions massives des espèces, réchauffement de la planète, mise en danger de l’espèce humaine, altération des écosystèmes, etc. Cette situation est due à une explosion de l’impact de l’homme sur son environnement.

En effet, jusqu’au XVIIIème siècle, la très large majorité de l’humanité avait une vie rurale (97% de la population mondiale). Cette vie n’était pas si loin de celle des hommes du néolithique. La principale activité de l’homme y était de survivre. La mortalité infantile était extrêmement importante et l’espérance moyenne de vie de 30 ans. A l'époque, on mourrait essentiellement de maladies infectieuses.

Le XIXème siècle a vu l’essor de l’urbanisation et de l’industrialisation.  En 1815, nous étions un million sur terre. Nous sommes désormais 7 millions. Alors que cette période allant du XVIIIème siècle au XXème siècle a durée moins de 1/1OOOème de l’histoire des homo-sapiens, le contexte de vie des humains a radicalement changé. De la survie, au milieu de tous, nous sommes passés à des comportements narcissiques et hégémoniques, au centre du monde : pouvoir, dominer, profiter, etc., sans mesurer, conscientiser et considérer suffisamment les conséquences de nos comportements pour les autres espèces vivantes de la planète et les répercussions à moyen terme de nos actions sur l’environnement. Nous avons construit des mégapoles, nous traversons le monde de long en large, nous surexploitons la terre et ses ressources tout en produisant de plus en plus de déchets. Nous avons même créé un VIème continent fait de plastique au milieu de l’océan.

Cette évolution a permis de nombreux progrès scientifiques et technologiques et a permis de doubler l’espérance des hommes de vie au XXème siècle. Désormais, on meurt de cancers, de problèmes métaboliques à la place des maladies infectieuses d’autrefois. L’obésité et la dépression sont en voie de devenir les principales maladies de notre présent. Cependant la nature et les hommes ne s’accommodent pas de transitions brutales. Le XXème siècle risque d’être le siècle où nous allons payer le cout de cette évolution brutale. La crise de COVID est un exemple car il a circulé aussi vite que les humains à travers le monde. Il est à l’origine d’une pandémie mondiale qui grippe les rouages de notre société

La nécessité du changement

Cette évolution des modes de vie des humains n’est plus fonctionnelle aujourd’hui. Les risques immédiats dépassent les bénéfices à court terme. Il est nécessaire d’engendrer un recentrage de notre façon de vivre au sein de la nature. L’homme a la nécessité d’initier un changement pour se réajuster au contexte d’aujourd’hui. Changer et évoluer nécessite un engagement qui doit être source de sens pour tous pour avoir lieu.

Deux façons d'appréhender le changement :

1 – Une attitude de survie et dans la réaction : Nous attendons d'être au bord du gouffre pour nous y mettre et vous subirons la réalité Dans ce cas, nos ressources cognitives disponibles seront limitées et amoindries par le feu émotionnel négatif ambiant (peur de l'échec, appréhension, stress cumulatif, ruminations, projections anxieuses...).

2 – Une attitude adaptative : Nous prenons nous-même les devants en initiant / promouvant le changement. Nous reprenons le contrôle de nos comportements pour être acteur et moteur du changement. Nos ressources cognitives seront décuplées par une bordée d'émotions positives (excitation, créativité, motivation intrinsèque, intelligence collective...). Changer deviendra alors un jeu et un défi permanent.

Il n'y a pas de baguette magique pour passer d'un mode mental à l'autre et encore moins des recettes de cuisine managériale et politique toutes faites. Seulement du travail sur soi patient et déterminé qui doit se faire au rythme de chacun. Ce travail englobe aussi bien des aspects professionnels que privés, tout est lié ! Comment par exemple s'inscrire dans une dynamique de "changement apprenant". Seule une approche globale et un travail de fond permettront à notre cerveau de donner le meilleur de lui-même... et ainsi de vous surprendre !

L’enjeu des transitions

La vie est faite de « ruptures », de « passages » qui ponctue l’histoire des humains comme des populations. A leur origine, il est possible de trouver des événements déclencheurs, comme celui de la crise du covid aujourd’hui. Ces stimuli déclenchent des comportements d’adaptations, selon le modèle Darwinien, et une pression évolutionniste. Ils engendrent des comportements individuels et collectifs, des prises de décisions, des stratégies qui rentrent en écho avec le référentiel individuel comme collectif. Les normes sociales contextuelles vont être soit des freins, soit des accélérateurs à l’adaptation. Celles-ci dépendent de la culture au changement de l’écosystème. Dans le contexte actuel, du fait de l’amélioration majeure des conditions de vie et d’un long espace de paix, les guerres ayant lieu ailleurs, la société occidentale a renforcé la culture du plaisir et du profit. Cette culture de l’instant est un frein à l’engagement à du moyen terme.

Les modifications des générations (babyboomers (1945-64), Génération X (1965-79), Génération Y (1980-94), etc.) influencent la prise de décision. La difficulté est que l’allongement de la durée de vie fait que les jeunes d’aujourd’hui sont gouvernés par une génération précédente, ce qui peut être un autre frein à l’évolution tout comme une source de modulation.

La motivation intrinsèque et extrinsèque sont des leviers aux changements. Du fait de la durée des enjeux écologiques, la motivation au changement doit basculer d’un plaisir et d’une satisfaction immédiate au plaisir d’être au contact de ce qui compte pour soi. Pour cela, il est nécessaire que l’événement de vie déclencheur soit perçu comme un évènement de vie personnel qui incite au mouvement. La société du spectacle dans laquelle nous vivons engendre une déréalisation qui est aussi un frein à l’adaptation. Les multiples discussions sur l’intérêt des masques et de la vaccination en sont de bons exemples alors que l’hygiénisme développé par Pasteur a permis des avancées sanitaires majeurs pour l’humanité.

La recherche de nouveaux équilibres collectifs est d’autant plus délicate qu’elle passe par le remaniement du modèle de vie de chacun : remise en cause profonde des valeurs personnelles et du projet de vie associé. Elle demande un renoncement et une acceptation afin de pouvoir s’engager.

Plus la société est structurée et plus elle permet une justice sociale, plus l’individu peut adhérer à un nouveau projet et s’engager dans une transition. Les valeurs collectives doivent être lisibles, solides et sécurisantes pour que l’individu puisse construire un compromis entre ses besoins et ses sources de satisfaction avec les enjeux collectifs. C’est en cela que la restauration et le renforcement du politique est primordiale pour amener toute une population à un changement. Le politique est celui qui donne du sens. Or, comme l’évoque le philosophe Bernard Stiegler, nous vivons depuis la deuxième guerre mondiale une misère du symbolisme. Toujours, selon cet auteur, le vide occasionnée a été investi par la société marchande.

L’intégration de la diversité des personnes composant une population est un enjeu important pour construire un nouveau collectif. Elle demande une considération des préoccupations de chacun ainsi qu’une reconnaissance. Pour cela, il est nécessaire de faire un travail de relevé des préoccupations de chacun, de la place et de l’identité des uns et des autres dans ce nouvel ensemble. Elle demande aussi un renforcement constant selon le modèle de l’apprentissage opérant.

Enfin la transition doit d’être considérée comme faisant partie de la vie et être en soi une période de vie qui vaut le coup d’être vécu. La culture de l’objectif est source d’une expérience intérieure négative. En effet, tant que l’on n’a pas atteint son objectif, on ressent de l’insatisfaction. Une fois qu’on l’a atteint, on se dit et après… La culture de l’objectif et de l’attente enflamme le désir et fait le lit à l’addiction, en l’occurrence en une culture de la consommation. Pour fonctionner, une transition de vie doit s’inscrire dans un projet et une politique de vie qui ne fait que décliner de façon contextuelle ce qui compte pour l’individu comme pour le collectif.


 

Il est désormais tant de passer à l’ACT

L’ACT, Acceptance and Comittment Therapy, est une thérapie comportementale et cognitive de troisième vague. Elle met le focus sur l’ici et le maintenant connectant les comportements du présent à des valeurs de vie pour les incarner à chaque instant. Elle porte son attention sur les obstacles intérieurs (pensées, émotions, sensations physiques) pour les accepter afin que trouver une solution à ceux-ci ne détourne pas l’individu de ce qui compte pour lui. Par exemple, manger du sucre apaise mais, à moyen terme, par la répétition de cette solution, il confronte l’individu à problèmes de santé (diabète, obésité, troubles cardio-vasculaires, etc.). Voyager en avion et visiter le monde en long et en large est confortable et plaisant immédiatement. Par contre, il a un impact sur la planète et sur notre environnement et la vie de nos enfants. 

Hexaflex : modèle théorique de l’ACT

Dans l’approche ACT, on essaie d’avoir des comportements qui fonctionnent selon les contextes. En ce sens, il ne s’agit pas d’établir des nouvelles règles. En effet, le contexte de chacun est différent et les règles sont désincarnées de l’individu, au contraire des valeurs. Le but de l’act est de développer une flexibilité globale :

  • Flexibilité attentionnelle : La capacité à être conscient et présent à l’ensemble des événements psychologiques du moment avec une attitude ouverte et curieuse (observation accueillante).
  • Flexibilité comportementale : la capacité à engager des actions dans l’ici et le maintenant guidées par ses valeurs fondamentales, ses besoins avec le contexte présent.

Apprendre et développer cette flexibilité afin de s’ajuster avec cohérence avec son présent est possible en ne se fourvoyant pas dans l’évitement expérientiel. L’évitement expérientiel est un comportement pour tenter de ne pas être au contact avec ses pensées, ses émotions, ses sensations physiques ou tout autre expérience intérieure désagréable, même lorsque répéter cette tentative entraine des problèmes à long terme. En fait, dans l’approche ACT, on dit que ce ne sont pas nos pensées, nos sensations et nos émotions qui posent problèmes mais plutôt notre façon de réagir à elles, ainsi que les multiples moyens qui sont utilisés pour les éviter, comme le plaisir afin d’avoir l’illusion d’être mais qui nous entraine dans une addiction à la consommation dont profite le modèle capitalistique actuel. Le modèle capitalistique est dysfonctionnel dans ce modèle car il fonctionne sur la recherche d’un bénéfice immédiat au prix de conséquences délétères à moyen terme non considérées, comme la crise écologique actuel. Il engendre un déséquilibre entre le présent et le futur, en proposant des solutions égoïques et narcissiques aux populations.

Les compétences à développer dans les populations sont :

  • La capacité à observer en temps réel ses expériences depuis une perspective neutre et acceptante
  • Une capacité à reconnaitre en temps réel les liens fonctionnels en les différents stimuli publics et privés, selon le modèle comportementaliste A-B-C.
  • La capacité à diriger avec flexibilité son attention vers ses valeurs et ses besoins importants et précieux (agir avec cohérence).
  • La capacité à engager des actions importantes et d’en assumer les conséquences. Chaque action engendre des risques et des couts à court et moyen terme.

Il existe différentes formes d’apprentissage de nouveaux comportements pour changer sa façon d’être. Les formes d’apprentissages comportementalistes se font classiquement par l’expérience (Répondant par l’association du comportement à des stimuli, Opérant en prenant en compte les conséquences de nos comportements et Vicariant par imitation). Elles sont inopérantes dans le contexte d’un changement écologique car les réponses sont trop distantes du comportement initial pour être significative au niveau individuel. Dans ce contexte, l’apprentissage ne peut qu’être collectif et ne peux s’appliquer dans le contexte individualiste et libérale de la société occidentale. L’ACT s’appuie sur un apprentissage relationnel par le biais du langage. Il s’appuie sur la théorie des cadres relationnels où l’on utilise le langage comme levier au changement. Cet apprentissage est à faire à tous les âges et dans toutes les activités humaines :

  • Observer et considérer
  • Choisir
  • S’engager dans une action cohérente avec soi
  • Observer comment fonctionne ce choix
  • Choisir à nouveau
  • Etc.

L’ACT, c’est la capacité de reconnaitre ce qui peut marcher dans une situation donnée au regard de ce qui compte et d’adopter des comportements adéquates pour soi et les autres. C’est une compétence à utiliser à chaque instant de sa vie

Cet aïkido verbal est notamment à pratiquer tout au long de la scolarité pour développer de nouvelles compétences. En étant dans l’action et non dans la réaction, en sachant observer ce qui se passe en lui et autour de lui et en regardant le coté fonctionnel de son action, l’enfant pourra gagner en cohérence et pourra s’engager dans un comportement qui prendra soin de lui comme de sa planète et qui sera beaucoup plus fonctionnel, tout en s’appuyant sur son sens moral inné. Le passage à l’ACT sera

  • Penser ce que l'on va (se) dire,
  • (se) Dire ce que l'on va faire,
  • Faire ce que l'on a pensé.

La boucle est bouclée. Elle va se poursuivre sans fin pour continuer à évoluer.

 

ACT et engagement écologique

La société de consommation et la dérive narcissique des populations font que nous renforçons les comportements à court terme. Or les actions pour l’écologie ont souvent des impacts à moyen ou long terme qui ne fonctionnent pas comme des renforçateurs. L’approche en termes de valeurs peut constituer un nudge qui gouverne le choix de nos comportements au-delà des résultats immédiats. Le simple fait de savoir observer si ce comportement nous rapproche ou nous éloigne de ce qui est précieux pour nous redirige nos comportements dans la direction de notre boussole de vie.
Faire cela demande de développer des compétences d’observation, de choix et de pouvoir définir ce qui est important pour nous.

  • Développer un apprentissage expérientiel et non un apprentissage cognitif qui risque de créer des règles et des restrictions cognitives. Les interdits empêchent difficilement les comportements prohibés, voire les stimule.
  • Une fois que l’on nomme quelque chose, il est difficile de ne plus le voir et de ne plus se positionner par rapport à ce que l’on observer. C’est l’effet nudge de l’ACT.

Faire évoluer le contexte pour donner l’opportunité aux populations d’avoir le choix de comportements écologiques. Le piège serait de créer un système kafkaïen avec des doubles contraintes. C’est-à-dire demander des actions écologiques tout en rendant impossible ceux-ci dans le quotidien ou en demandant un effort surdimensionné à l’usage courant.

Par exemple : dans une ville de Bretagne, les poubelles vertes, marrons et jaunes ne sont pas situés sur le même lieu géographique. Pour les personnes de passages, il est très difficile de faire le tri des ordures car cela demande de faire le tour de la ville. Dans cette même ville balnéaire, les poubelles jaunes et marrons sont relevées tous les 15 jours, il est aussi difficile de sortir ses poubelles lorsque l’on a une maison secondaire. Il intéressant d’observer que ces contraintes organisationnelles de ramassage des ordures ne répondent pas au contexte de touristes dans cette ville balnéaire. Ees organisent une impossibilité qui entrave l’adhésion à des valeurs écologiques au risque de les discréditer.

 

 

Comment faire évoluer nos comportements pour mieux prendre soin de la nature, de notre planète et de notre écosystème ?

Il est difficile de changer un comportement appris. Tout changement risque de créer une résistance, voir une lutte avec un retour à plus ou moins court terme à l’état initial. Il est plus fonctionnel d’apprendre de nouveaux comportements selon le modèle skinérien en générant des apprentissages opérants.

Ces apprentissages nécessitent qu’ils interviennent à chaque étape de la vie. Si, toute la vie, nous pouvons apprendre, la période la plus favorable à l’apprentissage est l’enfance. Aussi, cette période devrait être ciblée par les politiques pour faire évoluer nos comportements en écologie.

L’école propose avant tout un apprentissage cognitif et oublie le développement de notre intelligence émotionnelle. La logique est sélective en entretenant le désir de prendre l’ascenseur républicain social afin d’atteindre la caste des élus en haute de la pyramide. Ce système d’apprentissage crée une pression à la performance et au résultat. Il écarte de ce fait l’apprentissage de compétences collaboratives. L’idée n’est pas de le supprimer l’avancement au mérite mais de de faire de la place pour d’autres expériences sociales améliorer le vivre ensemble en harmonie avec la nature.

Queles seraient les nouvelles directions de l’apprentissage scolaire ?

  • Sortir d’un apprentissage égocentré
  • Développer la conscience de l’expérience et du collectif
  • Apprendre à œuvrer pour le groupe sans systématiquement chercher une récompense (avoir une bonne note, être le meilleur, être sélectionné, etc.) au risque de renforcer les réseaux neuronaux de la récompense.

Aujourd’hui le système d’apprentissage, couplé à la société de consommation, favorise le narcissisme et l’égocentrisme. Ce mécanisme engendre un déni de l’autre, de l’environnement et une inconscience de la conséquence de nos comportements sur les équilibres nous entourant.

  • Penser le développement des enfants pas uniquement sur un principe de récompense pour les motiver mais aussi par la perception et l’observation de l’expérience permettant l’apprentissage et le développement de soi.
  • Valider des étapes de la vie scolaire par l’observation et non pas uniquement par un système de notation individualiste et égocentrique.

L’éducation ne doit plus être désormais le seul champ de l’apprentissage de connaissance intellectuelle. L’école a à devenir le lieu d’apprentissages expérientielles pour développer des compétences sur la façon d’être en équilibre avec son environnement intérieur et son environnement extérieur.

 

Conclusion

Amener la population mondiale dans une transition écologique demande un changement de perspective. Elle ne peut s’appuyer sur l’instauration de nouvelles règles. Aucun changement opérant et durable ne se fait avec des « il faut » et des « je dois ». Les changements significatifs s’appuient sur des « je choisis » et des « je décide ». L’enjeu est d’apprendre à chacun, dès le plus jeune âge et à chaque étape de sa vie à être conscient de soi et de son environnement et à être acteur de sa vie. C’est-à-dire à être, comme l’a fait Nelson Mandela, en s’appuyant sur le poème Invictus, en étant le capitaine de son âme pour être maitre de son destin. La crise du COVID est celle d’une pandémie qui réveille les failles de notre société (mondialisation) et nous amène à repenser notre façon de penser et de vivre. Comme toute crise, elle est source d’opportunités, d’évolutions et d’adaptations. A chacun de choisir, la façon de le faire. Elle demande un engagement individuel au niveau de son environnement proche et politique pour donner un sens et une motivation collective.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2020 4 19 /11 /novembre /2020 22:02

Dur d’être soi, dur d’oser d’être soi, ce d’autant que l’on a toujours quelque chose à dire sur soi, sur une partie de son corps… La peur de ne pas être suffisamment bien, de ne pas être suffisamment beau, ne pas être suffisament à la hauteur (comme si le mètre à mesurer la bonne hauteur existait!)… On voudrait être aimer, que les autres aient une bonne opinion de nous… Au final, on finit par avoir des complexes. Surtout, qu’avec les réseaux sociaux, on n’arrête pas de se comparer, on trouve la vie des autres beaucoup mieux que  la notres, on trouve les autres mieux que nous… En fait non seulement notre satanée machine à comparer à tendance à retenir que ce qui ne va pas chez nous, à trouver les pommes du voisin meilleures que les nôtres et à comparer notre arrière cuisine avec la vitrine des autres. Alors évidemment avec ce type de comparaison, on est toujours perdant... et cela entretien notre mauvaise image de nous, nos complexes et cela altère notre confiance.

Définition

Un complexe, c’est faire une fixation émotionnelle sur une zone de son corps ou une façon d’être qui s’impose à soi. Ce jugement que l’on porte sur une partie de soi aboutit un jugement de soi et à une construction de soi erronée. Le risque est de construire un scénario catastrophe, une prison mentale qui sera source d’une souffrance, voire d’un handicap. Par exemple : Je suis trop grosse pour être aimée. Ce jugement peut être source d’un handicap en freinant la personne dans ses relations sociales et dans la possibilité de faire une rencontre.

Les complexes nourrissent un manque de confiance en soi. Ils peuvent être source d’hypochondrie ou de dysmorphobie (peur maladive d’être difforme) pouvant aboutir à une déprime

Les origines des complexes

Les complexes naissent souvent dans l’enfance et l’adolescence. A cet âge, on est en chantier. Ce chantier crée des émotions et nous met au contact de notre sensibilité. On peut être tenté d’éviter ce ressenti. C’est une période d’insécurité intérieure qui peut amener à des interprétations erronées de soi et de son corps. En outre, lorsque l’on se regarde dans la glace, on s’observe en deux dimensions alors que dans la vie on est en 4 dimensions. On chausse ainsi, devant notre reflet, nos lunettes émotionnelles. A travers celles-ci, on ne voit que nos émotions et pas la réalité de notre être. Ainsi, notre cerveau émotionnel, qui aime bien tout contrôler, transforme une partie de notre corps en bouc émissaire de notre difficulté à être.

Les sources des complexes

  • Les émotions négatives ressenties qui se transforment en jugement
  • L’impact du complexe sur la relation avec les autres va renforcer un cercle non vertueux
  • Les commentaires d’autres enfants pendant l’enfance peuvent initier ou renforcer des jugements sur soi
  • Le perfectionnisme

Le problème n’est pas ce que l’on est (on est unique donc précieux) mais ce que l’on en fait, tout comme un instrument de musique. On nait tous avec un instrument corporel. Certains naissent avec une contrebasse, d’autres avec une flute ou un violon. Il n’y a pas de mauvais instrument. De tout instrument, il est possible de tirer une jolie musique, le tout est d'apprendre à en jouer. Cea demande de la discipline et de la bonne volonté. Toute chose est une opportunité. Cependant dans notre société de l’instant et du plaisir, on ne prend pas suffisamment le temps de se construire et d’être pour choisir de se basher et de se victimiser de ce que l’on est. Dans le documentaire « Tout va bien, le premier commandement du clown », un professeur de clown dit : « on admire les acrobates mais on aime les clowns". Je ne sais pas vous mais moi je préfère être aimé qu’admirer. Pourtant on passe son temps à essayer d’être admirable au risque d’être bien seul là-haut sur notre piédestal et de chuter en se faisant mal. Le clown, quant à lui, on l’aime pour sa fragilité. Il nait de son ridicule. Le clown trouve la sortie en jouant de ce qu’il est tout comme Cyrano de Bergerac joue de son nez, en faisant une tirade... et c’est pour cela qu’on l’aime

 

Comment faire ?

  • S’accepter, accueillir ce que l’on est. Se regarder avec le cœur et non avec les yeux, tout comme le Petit Prince le fait avec le Renard.
  • Défusionner de ses pensées. C’est-à-dire ne pas prendre pour argent comptant toutes les pensées négatives transitoires qui passent dans notre mental. Notre cerveau a aussi des jugements hatifs...
  • Renoncer aux jugements et aux croyances de perfections. Les seuls être parfaits sont les dieux. Nous ne sommes que des êtres humains et c’est déjà pas mal !
  • Dire stop à la machine à comparer : arrêter de comparer son arrière cuisine avec la vitrine des autres
  • Savoir traverser les vagues émotionnelles que nous procure certaines situations (comme se regarder dans un miroir ou juger la vie des autres) et sans les laisser alimenter notre machine à juger.
  • Etre dans une démarche constructive vis-à-vis de son corps en prenant soin de soi tout en l’aimant.
  • Savoir jouer de soi
  • Ne pas oublier que l’avis des autres n’est que la vie des autres.
  • Avoir de la compassion pour soi

Expérience de compassion ;

Dans une expérience, on a demandé à environ 250 étudiantes d’écrire une lettre à leur peau selon l’une des quatre modalités suivantes :

  • En se mettant à la place d’un ami qui nous écrit :  
    • La première était une lettre de compassion où elles parlaient de leurs défauts en général.
    • La deuxième, une lettre de compassion, mais dirigée spécifiquement sur le corps.
  • Lettre venant de soi
    • une lettre où elles écrivaient directement à leur corps, le remerciant de toutes ses qualités, dans le but de montrer leur gratitude pour tout ce qu’il fait chaque jour.
    • La quatrième, une lettre neutre.

Les scientifiques ont constaté que les trois  premières lettres ont significativement augmenté l’image que les étudiantes avaient de leur corps en comparaison de la lettre neutre

Au travail : Jardiner sa body positive attitude 

  • Eviter de juger les autres car on finit par se juger
  • Faire une détox digitale
  • Devenir son ami
  • Ne pas refouler ses émotions car cela génère des jugements et des pensées négatives
  • Pratiquer la méditation
  • Savoir accepter les compliments
  • S’accorder du temps
  • Cultiver de la gratitude pour sortir de la culture du bashing
  • Faire du New Burlesque dans l’Ecole des Filles de Joie tenue par la formidable Juliette Dragon

N’oubliez pas qu’un être humain est comme un livre, le plus important n’est pas la couverture mais ce que l’on écrit à l’intérieur.

Bibliographie

Boris Vian : On tuera tous les affreux. Ed Poche

Cheval Sophie : Belle autrement. Ed Armand Colin

Seznec JC : J’arrête de lutter avec mon corps. Ed PUF

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2020 4 29 /10 /octobre /2020 10:09

Les solutions trouvées pour gérer la crise du covid ne sont pas sans risques psychiques. Si nous devons être unis et solidaire dans la tempête, il est nécessaire d'être engager dans la façon de prendre soin de nous. Voici deux articles pour éclairer la situation et les enjeux. bon courage à vous

https://www.lechorepublicain.fr/paris-75000/actualites/le-psychiatre-jean-christophe-seznec-s-interroge-ou-est-le-ministre-de-la-joie_13865193/?fbclid=IwAR1nZXiFsaQ-dVq12eZbnJ28JGijFKBntNMBaGGIC5hqds66mWsA0BVG5zE

 

https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/comment-se-preparer-mentalement-a-un-second-confinement-conseils-de-psys-021020-182837?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3&fbclid=IwAR0Ez6jDDSYHQBYyHC1cH548jTpcgJeavDkGU-ayxVMYuHx7rJagznBS-OY

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 07:55

​​​​​​L'interview Vanity Fair Italie

 

  1. Quand vaut-il la peine de se taire, plutôt que de parler (ou peut-être de communiquer par d'autres moyens: regard, gestes)?

 

Se taire permet d’apprécier l’instant présent, de savourer l’instant présent et de laisser résonner en nous l’expérience d’un échange.

Se taire permet d’accéder à notre sensibilité et à notre intelligence émotionnelle pour échanger avec authenticité et sensibilité. Il y a plein d’autres façons corporelles de s’exprimer sans bavardage abusif.

Se taire permet aussi d’écouter l’autre véritablement, de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler et de répondre.
Lorsque l’on se précipite dans la parole, on prend le risque que cela soit notre cerveau de survie et défensif qui s’exprime en aboyant plutôt que de parler.
Se taire permet de choisir et de décider ce que l’on veut dire et répondre. Se taire aide à s’émanciper des “je dois” et des “il faut” qui exprime les règles que l’on se raconte et qui construisent notre prison mentale. Ils entrainent des biais de perception, des quiproquos, voire des interprétations.

Se taire permet de vivre pleinement l’instant. Un ami africain me disait “vous les blancs, à force de courir et de vous agiter, j’ai l’impression que vous êtes pressé de mourir!”

 

  1. Pourquoi le silence est-il si important?

 

Le silence permet de mettre au repos notre mental. Il nous protège de la surcharge mentale et du burnout. Ce mental est utile pour raisonner mais nous précipite aisément dans le passé, au risque de ressasser, ou dans le futur, au risque de générer de l’anxiété en se racontant des histoires. Si on connaissait le futur, on jouerai au loto! On ne se rend pas suffisamment conscience à quel point on se raconte en permanence des histoires... D’ailleurs, souvent lorsque l’on parle des autres, on parle souvent de soi et on exprime ses représentations.
En mettant au repos notre cerveau émotionnel, on accède à notre cerveau sensoriel pour percevoir la richesse de l’instant, être curieux de l’expérience et ralentir la vie. Le silence permet la contemplation. Il nous libère de l’esclavage à nos pensées. C’est le premier pas vers la pleine conscience. La pleine conscience à des vertus pour la santé. Elle améliore notre immunité et rajeunit notamment nos chromosomes.

Le silence nous aide à quitter notre tête pour se connecter à notre ventre. Ce “ventre” nous aide à être plus juste pour négocier la vie et être plus en paix.

 

  1. Pourquoi parlons-nous souvent à contre-courant?

Tout simplement parce que nous mobilisons notre cerveau émotionnel de survie. On confond ce qui est grave, c’est à dire mortel, avec ce qui est embêtant, désagréable, frustrant ou embêtant. Ce cerveau émotionnel nous vient des hommes préhistoriques. Je l’appelle “notre doberman” qui nous amène à aboyer pour un oui et pour un rien.

En outre, ce cerveau émotionnel nous attire vers une approche égocentrique qui nous coupe des autres et du contexte, au risque de l’égoisme et de la connerie.

Le risque est de passer à coté de la vie à force de commenter et de juger, pour se protéger de dangers imaginaires. C’est comme jouer au football, lorsque l’on commente le match, on se retrouve dans les tribunes au lieu d’être sur le terrain entrain de jouer. La question est où voulons nous vivre?
En fait, le danger imaginaire est la peur de notre vulnérabilité. On parle à contre courant pour tenter que les autres nous admirent. On dit que l’on admire les acrobates et que l’on aime les clowns. Je ne sais pas vous mais moi je préfère être aimé qu’admirer. Pourtant, le clown nait de son ridicule. C’est ce qui rend la vie belle, à l’instar de Bégnini qui trouve dans le rire et le jeu une voie de sortie à la souffrance, plutôt que de s’enliser dans la plainte

 

 

  1. 10 occasions où le silence vaut plus de 1000 mots

 

  1. En écoutant la souffrance de quelqu’un, suite au décès d’un proche. Le meilleur soutien est l’écoute. Il permet de digérer les émotions.
  2. En écoutant sa femme qui a besoin de se purger des tensions accumuler après une journée de travail, le soir, et qui n’a pas besoin que son homme lui trouve des solutions.
  3. Lorsque l’on a fait une bêtise. Assumer permet de plus facilement trouver une voie de sortie que de se justifier ou se plaindre.
  4. Au travail ou dans un couple, face à une personne toxique. Face à un voisin paranoiaque. Ces personnes sont toujour plus fortes que nous. Se justifier leur donne des armes pour nous battre. Il suffit de dire oui je suis d’accord ou non tout simplement. Lorque c’est trop douloureux, on va planter sa tente plus loin.
  5. Face à la beauté d’un paysage, d’un film ou d’un instant. La parole appauvri la réalité et nous en éloigne.
  6. Face à un enfant qui apprend à marcher, à faire du vélo ou tout autre chose. Il a besoin de notre regard bienveillant et non des yakafaukon!
  7. Lorsque l’on aime. Le silence permet de ressentir plus intensément ce merveilleux sentiment.
  8. Lorsque l’on est dans la “merde”. Se plaindre génère une double peine. Le mieux est de s’asseoir pour vivre l’expérience, c’est une expérience qui vaut aussi le coup d’être vécue car elle nous montre que nous sommes toujours vivants, et laisser passer l’orage.
  9. Face au passé. Ressasser ne le change pas. La seule chose à faire est d’en tirer expérience pour mieux se préparer au présent.
  10. Face à l’actualité, comme le covid et autres sujets à la mode. Bien souvent, il nous manque beaucoup d’informations pour bien comprendre une situation. On est à amener à juger et à condamner à tord des situations. Bien souvent, en laissant l’histoire éclairée une situation, on perçoit différement un évènement. Les médias, pour faire des ventes et des chiffres, et les politiques, pour obtenir des voix, parlent excessivement. Dans tous les événements médiatiques dans lesquels j’ai été pris, ce que disait les médias et les politiques n’avaient rien à voir avec la réalité que je vivais.
  11. A la fin d’un article et savoir mettre fin à un instant de partage.

 

Seznec jc et Carouana L : Savoir se taire, savoir parler, Ed Interéditions

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 14:15

Nous observons une évolution du vieillissement et de notre regard sur la vie grâce aux opportunités que nous offrent l'amélioration de notre santé au cours de ce dernier siècle.

Le XXième siècle a été l’objet d’une révolution de l’espérance de vie puisque celui-ci a quasiment doublé au cours de ce siècle[1].  En effet, Au milieu du XVIIIe siècle, la moitié des enfants mouraient avant l’âge de 10 ans et l’espérance de vie ne dépassait pas 25 ans. Elle atteint 30 ans à la fin du siècle, puis fait un bond à 37 ans en 1810 en partie grâce à la vaccination contre la variole. La hausse se poursuit à un rythme lent pendant le XIXe siècle, pour atteindre 45 ans en 1900. Pendant les guerres napoléoniennes et la guerre de 1870, l’espérance de vie décline brutalement et repasse sous les 30 ans.

Au cours du XXe siècle, les progrès sont plus rapides, à l’exception des deux guerres mondiales. Les décès d’enfants deviennent de plus en plus rares : 15% des enfants nés en 1900 meurent avant un an, 5 % de ceux nés en 1950 et 0,4 % (3,5 pour mille exactement) de ceux nés en 2015. La hausse de l’espérance de vie se poursuit grâce aux progrès dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires et les cancers. En 2017, l’espérance de vie en France atteint 79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes).

 

Cet allongement de la vie à modifier considérablement le paradigme de la vie. En effet, avant le XXième siècle, l’enjeu était surtout de survivre et de se reproduire afin que le patrimoine de chacun survive à sa disparition. L’allongement de la vie ouvre de nouveaux espaces que la société du loisir et de la consommation va s’approprier. Le philosophe Bernard Stiegler[2] a montré comment la société de consommation s’était accaparé la misère symbolique[3] de l’après deuxième guerre mondiale pour occuper ses nouveaux espaces de vie et tenter de se les approprier. D’ailleurs, la santé et le vieillissement sont devenus progressivement un marché économique. Le troisième âge et les papy boomers sont devenus une cible markéting spécifique à la fin du XXième siècle.  

Une autre étape a été franchie sur notre rapport au temps qui passe avec la loi des 35 h en France. Celle-ci a envoyé un message révolutionnaire : on ne vit plus que pour travailler mais on a le droit à un temps libre et propre.

Vivre plus longtemps offre la possibilité de vieillir plus longtemps et d’avoir plus de temps pour avoir peur du vieillissement. Si la question de la mort est une question existentielle centrale de la vie[4] et source de nombreuses pathologies psychiatriques, cet allongement de la vie a été l’occasion de nourrir une autre peur, celle de dépérir en vieillissant. En effet, on a vu apparaitre au XXième siècle une maladie, la maladie d’Alzheimer, liée au vieillissement et qui est très rare avant 65 ans et qui touche 15% de la population après 80 ans[5]. Donc au XXème siècle, vieillir était associée à l’idée de perte et au risque de déchéance, de la dépendance, si ce n’est de décrépitude. Cette dépendance est un enjeu social et économique. Elle nourrit d’ailleurs ce que l’on appelle « l’or gris »[6] ou le marché du vieillissement et des maisons de retraite.

Les progrès de la science et la façon de prendre soin de soi se sont poursuivi et ont complètement bouleversé la donne au XXIème siècle. La vieillesse n’est plus considérée comme une perte mais comme une évolution. On a pu notamment montrer que la pratique de la méditation allongeait l’espérance de vie des personnes âgées et leur qualité de vie[7]. Une incroyable étude a réuni pendant 90 ans des milliers de données comparatives, sur les marqueurs de santé, de niveau de vie, de profession, de revenus, de style de vie, d’entourage affectif, si on est devenu parents, si on s’est marié, si on a divorcé, si on a vécu des traumatismes graves, des épisodes douloureux, de grandes défaites comme d’immenses victoires … Elle en conclut que la seule chose qui, significativement, compte vraiment est la qualité des liens que nous entretenons avec les autres. Tout le reste est subsidiaire. C’est la force du lien qui nous permet de vivre vieux, heureux et en bonne santé[8]. Donc, non seulement, on a désormais du temps pour vivre mais il est possible de vieillir dans de bonnes conditions selon la façon dont on s’y prend. Deux exemples de cette formidable évolution à la vieillesse est le fait que Mike Jagger a en 2020 77 ans et continue a faire du rock comme un jeune et que l’on a vu éclore une nouvelle catégorie sociale : les quincados[9]. Il s’agit de personnes agées de 45 à 60 ans, débarrassées des contingences des enfants et qui se conduisent comme des adolescents (vont en boite de nuit, font des soirées, roulent en moto, ont un groupe de rock, etc.) et qui s’inventent une deuxième jeunesse mais avec une carte bleue. Ces personnes ne fuient pas leur âge mais, à travers toutes ces activités fuient l’ennui. D’ailleurs les allemands ont inventé un terme propre à eux Freizeitphobie ou peur du temps libre inspiré du concept du psychologue espagnol Rafael Santandreu[10].

La peau a été longtemps un marqueur du vieillissement et un stigmate de la perte. La chirurgie esthétique a beaucoup œuvré pour lutter contre celui-ci. Elle est désormais un champ de recherche de la médecine esthétique pour accompagner les êtres humains dans leur vieillissement de vie. Une nouvelle ère s’ouvre à nous sur la façon dont nous allons accompagner de façon engagée et concrète dans l’épopée du vieillissement. Pour terminer, je vous propose deux réflexions : Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s’est passé de Terry Pratchet[11] et la phrase de Wolinski la jeunesse passe, la connerie reste[12].

 

 

[1] Vallin J et Meslé F : Tables de mortalité françaises, collection données scientifiques. Ed Ined 2001

[2] Stiegler Bernard : La technique et le temps, Paris Galilée, 1994, 96

[3] Stielgler Bernard : De la misère symbolique, Paris Galilée. 2004 et 2005.

[4] Yalom Irvin : Thérapie existentielle, ed Gallade, 1980

[7] Langer Ellen : Pratiquer la pleine conscience au quotidien, ce que change la Mindfulness dans notre vie. InterEditions, 2015.

[8]https://www.ted.com/talks/robert_waldinger_what_makes_a_good_life_lessons_from_the_longest_study_on_happiness?language=fr

[9] Guérin Serge : les quincados. Ed Calma Levy, 2019

[10] Santareu Rafael : L’art de ne pas s’empoisonner la vie. Ed Marabout. 2020

[11] Pratchett T : Les zinzins d’olive Oued. Ed l’Atalante. 1990

[12] Wolinski G : Pensées. Ed Pocket. 1998

Partager cet article
Repost0
21 août 2020 5 21 /08 /août /2020 18:33

En cette veille de rentrée, je vous écris pour vous faire part de mon envie de militer activement pour une médecine plus écologique, plus humaine, plus intégrative et plus personnalisée.

En effet, la crise du COVID, le réchauffement climatique, les enjeux écologiques, les tensions entre les humains, le fait que l’on voit actuellement se développer dans le monde une épidémie d’obésité et de dépression, et beaucoup d’autres choses encore, sont autant d’indices qui nous informent que nous sommes probablement à un carrefour de compréhension de notre façon de vivre et de prendre soin de nous.

Pourtant, je crois qu’il n’y a pas de fatalité à tous ces maux. Les êtres humains ont de grandes capacités d’adaptation s’ils s’engagent fermement à faire ce qu’il faut pour prendre soin de soi en toute cohérence :

  • Que voulonsnous ?
  • Que faisonsnous concrètement, jour après jour, pour tendre vers ces souhaits ?
  • Notre façon de vivre estelle cohérente avec nos vœux ?

Je crois aussi que les changements d’aujourd’hui dépendront des choix de chacun et non de l’impulsion ou de l’injonction d’une quelconque autorité. Je crois que nous avons à choisir de devenir acteur de notre santé et de nous recentrer sur ce qui nous importe à travers nos choix. A nous, chacun dans notre coin, d’agir en bienveillance.

S’il existe des facteurs de vulnérabilité à certaines maladies et que nous sommes soumis à des risques externes, comme les agents infectieux, de nombreuses pathologies sont le fruit d’un déséquilibre intérieur. Ce déséquilibre se nourrit de facteurs prédisposants (terrain génétique, éducationnel, nos habitus de vie, notre terrain physiologique, etc.), de facteurs déclenchants et de facteurs d’entretien. Si nous ne sommes pas maitres des facteurs extérieurs déclenchants, nous pouvons être vigilants à ne pas entretenir des vulnérabilités pour faire éclore des pathologies.

Le gène de la dépression et de l’obésité ne sont pas apparus ces dernières années. Ces pathologies sont dues à tous nos choix comportementaux qui, jour après jour, mois après mois, année après année, aboutissent à ces troubles. A nous d’apprendre à choisir de faire différemment pour changer la donne de notre santé et prendre soin de nous à chaque instant. Se soigner s’est avant tout maintenir notre bonne santé pour ne pas tomber malade. De plus, selon le terrain prédisposant, on ne soignera pas la personne de la même façon, au risque de s’enliser à vouloir remplir une baignoire percée. Parfois la voie de sortie est ailleurs.

Le traitement d’une personne doit tenir compte de son histoire, de son contexte, de son mode de vie, etc. Pour toutes ces raisons, la médecine demande prendre le temps d’écouter nos patients pour percevoir tous les éléments qui constituent leur équilibre pour les accompagner à retrouver un équilibre. Finalement, un être humain est comme un mobile. Si on touche un élément, on prend le risque de modifier l’équilibre global. Il est donc plus aisé de prévenir que de guérir.

Ce dont je vous parle, aujourd’hui, est ce que l’on appelle la médecine intégrative. La médecine intégrative prend en charge l’individu dans son histoire et dans son écosystème, pour une approche globale. Pour restaurer, l’équilibre, elle s’appuie sur des outils multiples : médicaux, nutritionnels, activité physique, sociaux, psychologiques, motivationnels, etc.

Dans la boite à outil de la médecine intégrative, il existe de nombreux outils. Ceux-ci proviennent des avancées scientifiques mais aussi de connaissances millénaires. L’homme a eu l’intelligence de développer des moyens médicaux et pharmaceutiques fort utiles mais sait aussi s’enrichir des outils disponibles dans la nature (phytothérapie, etc.). Il n’y a pas de bons ou mauvais médicaments comme il n’y a pas de bons et mauvais outils ou de bons ou mauvais aliments. Tout dépend du contexte et de la façon dont on les utilise. L’intention est d’obtenir plus de bénéfices que d’inconvénients.

La médecine intégrative ne consiste pas qu’à guérir mais ouvre des perspectives pour prendre soin de soi et prévenir les maladies. Pour l’utiliser, elle demande ouverture, relation, bienveillance, écoute, curiosité, créativité et professionnalisme.

  • L’ouverture : c’est savoir s’ouvrir à une plus large connaissance.
  • C’est avant tout la qualité de la relation de soin qui bonifie tout outil thérapeutique, qu’il soit moderne ou traditionnel. Elle demande de la bienveillance envers son patient et de savoir l’écouter pour comprendre sa situation et ses besoins.
  • Curiosité et créativité car parfois le chemin s’effectue loin de ce que l’on a appris ou ce que l’on croit. Nos pensées et nos principes peuvent vite devenir une prison mentale.
  • Professionnalisme car tout travail demande évaluation. Tout ce qui est naturel n’est pas forcément « bon » et sans effets indésirables comme tout ce qui est fabriqué par l’homme n’est pas forcément une chimie toxique et peut avoir des vertus.

La médecine intégrative est une opportunité pour avoir une vision écologique de l’homme, au sein d’un écosystème, et qui est le produit de son histoire. Jardinons avec soin ce que l’on est pour être le moins malade possible !

Le COVID est une occasion d’appliquer cela. Certes, il serait intéressant de trouver des traitements et un vaccin pour nous protéger, certes il est intéressant de développer des comportements de prévention grâce à des gestes barrières, mais il est aussi intéressant de développer notre immunité et notre solidité. L’un ne va pas sans l’autres. C’est cela une approche globale.

La médecine intégrative ouvre de nouvelles perspectives que je souhaite développer.  A ce carrefour de notre humanité des choix et des engagements sont possibles. Agissons!

Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 21:09

La crise du COVID a bouleversé nos façons de travailler. Elle a poussé les entreprises à se réorganiser. Elles ont dû, en un temps record, adopter de nouveaux modes de travail (télétravail, etc.). De nombreux salariés ont été obligés de répondre, du jour au lendemain, à plusieurs tâches : travail, ménage, cuisine, école des enfants, etc. L’entreprise a montré que, lorsqu’il y a une vraie volonté, il est possible de changer nos comportements et que les résistances sont plus psychologiques que réelles.

Par ailleurs, une crise, c’est aussi l’opportunité d’une renaissance. C’est l’occasion de repenser la façon de travailler ensemble, d’organiser différemment son travail, de prendre soin de la santé des salariés : Nourriture, sédentarité, rythme de travail, équilibre vie professionnelle / Vie personnelle, accompagnement des différentes transitions sociales (retour de grossesse, de maladies, chômage partiel, restructuration, évolution numérique, la place des hommes et des femmes tenant compte de leurs particularité physiologiques, etc.).

Le journal Marie Claire a proposé, le 28 Mai, un Think Tank pour une meilleure égalité entre les hommes et les femmes au travail et qui tienne compte des spécificités de chacun. Dans cette dynamique plusieurs évolutions entraîneraient des changements notables pour la santé et l’épanouissement de tous.

  • Alimentation : Avoir une restauration plus libre permettant à chacun de trouver une nourriture adaptée à ses besoins et ses spécificités alimentaires. Faire une plus grande place aux fruits et aux végétaux dans les propositions alimentaires. Sortir des pauses croissants et pains au chocolat pour proposer des pauses avec des fruits, des légumes, des graines, des jus d’extraits de fruits et légumes, etc. L’entreprise a une responsabilité sur la santé de ses employés à travers l’offre alimentaire qu’elle propose. En s’engageant dans cette voie, elles participeront à soulager de nombreuses femmes et d’hommes dans leurs préoccupations corporelles.
  • Lutte contre la sédentarité : La sédentarité est à l’origine de nombreuses pathologies, notamment cardiovasculaires. De plus, le maintien d’une forme physique est une préoccupation de nombreuses femmes, et de plus en plus d’hommes. Il est souvent difficile de concilier travail et exercices physiques, sachant que l’on préconise actuellement trois séquences d’une heure d’exercices physiques par semaine pour obtenir un impact significatif sur la santé ou cinq séquences de trente minutes par semaine. De plus, les salariés passent beaucoup trop de temps assis, que cela soit à travers leur travail personnel ou au cours de réunion. En outre, ils n’ont pas toujours le temps et l’énergie pour pratiquer du sport, après de longues journées de travail. Aussi, l’entreprise peut encourager le travail debout à des bureaux pour multiplier les changements de postures entre assis et debout. Il est possible de faire des réunions en marchant. Elles ont montré leurs vertus créatives. On peut diminuer le temps de réunion, donc le temps assis, en préparant beaucoup plus celles-ci en amont, celles-ci ne servant qu’à valider des décisions. Au cours des réunions, trop de temps est perdu à prendre connaissance des dossiers ou dans des présentations qui peuvent être effectués en amont. Il est important de vérifier la fonctionnalité de ses réunions pour avoir une approche plus écologique et plus économiques. Faire en début de matinée des réunions d’équipes informatives debout face à un tableau d’activité, etc. Ils existent ainsi de nombreuses techniques de management et de travail pour diminuer le temps assis et de sédentarité.
  • Repenser les rythmes de travail : En France, les journées de travail sont particulièrement étirées. Il existe parfois une course à celui qui travaille le plus tard. Dans bien des entreprises, on se met vraiment à son travail personnel après 18H et de nombreuses réunions, quand dans de nombreux pays anglosaxon, il est mal vu de rester au travail après 17H30. Ces longues journées génèrent de la pression et du stress sur l’organisation de la vie personnelle et de la gestion des enfants. Le présentéisme est aussi à l’origine de nombreux maux. L’absence de temps de décompression entre le travail et la vie personnelle font que, le soir, de trop nombreuses personnes purgent leur tension à travers des compulsions alimentaires, de l’alcool ou des cigarettes[1]. Arrivés à la maison, de nombreux parents courent pour faire les devoirs, la cuisine et le bain pour les enfants. Cette course est source d’un stress qui a lourd impact sur l’épanouissement des salariés et, finalement sur la santé des salariés et leur efficacité au travail. Il peut être à l’origine d’une charge mentale notamment pour les femmes. Des entreprises ont choisi d’interdire les réunions après 18H et de ne pas stigmatiser les parents qui doivent partir plutôt pour gérer les besoins familiaux. Le télétravail est une opportunité pour diminuer du temps perdu dans les transports et augmenter l’efficacité de travail. En effet, lors du télétravail, il y a moins d’interruptions, ce qui permet des séquences plus longues et plus productives. Les non-fumeurs n’ont pas l’opportunité de bouger pour aller fumer et ont des séquences de travail beaucoup plus long que les fumeurs, ce qui est à l’origine d’une inégalité. Certaines entreprises proposent des espaces de décompression, dans des bulles de silence, où les personnes peuvent faire de courtes siestes, pratiquer de la cohérence cardiaque, bailler, se faire masser ou méditer[2]. Ces pauses respiratoires sont aussi nécessaires les silences en musiques pour la mélodie. Enfin, les entreprises devraient accompagner les salariés pour leur permettre un rapprochement géographique des salariés. Le temps de trajet est un enjeu de santé principalement en région parisienne.
  • Proposer une conciergerie pour décharger les salariés des difficultés familiales : Les familles sont confrontées à de nombreux problèmes à résoudre (enfants malades, aide scolaire, trouver un plombier, réparer sa voiture, prendre des rv médicaux, etc.). Toutes ces difficultés sont sources de soucis qui peuvent parasiter l’attention au travail. Les entreprises devraient proposer systématiquement l’aide d’une conciergerie pour faciliter la vie personnelle de leurs employés.
  • Prendre en compte les transitions professionnelles en proposant un parcours de reprise du travail : Les salariés sont confrontés à des arrêts de travail dus à des grossesses ou à de graves maladies comme le cancer. Il n’est pas toujours facile de reprendre le travail, de se reconnecter à la réalité de l’entreprise et à retrouver un rythme. Les entreprises pourraient proposer un parcours santé pour aider les salariés à reprendre pas à pas leur place dans l’entreprise. Ce parcours santé est le fruit d’un compromis entre la médecine du travail, le manager, les ressources humaines et le salarié pour le rendre réalisable dans le contexte de l’entreprise. L’entreprise peut mettre aussi des espaces d’écoute et d’expression pour permettre au salarié de partager ses difficultés dans la reprise du travail. Des sherpas, pair aidant, peuvent être nommé pour accompagner le salarié dans sa reprise. En effet, on sait qu’après trois arrêts de travail, il y a un grand risque d’invalidité. Après la crise du COVID, il est nécessaire que les entreprises prennent le temps de prendre connaissance comment leurs salariés ont vécu leur confinement et le télétravail. Certains sortent de cette période épuisée et ne peuvent pas reprendre la vie professionnelle comme avant. Il est important de faire un temps d’accueil des salariés et pour inventer la façon de travailler ensemble, en tenant compte des gestes barrières, tout en ne perdant pas l’humanité de la vie ensemble. Ces transitions sociales doivent être pris en compte dans le document unique qui regroupe les moyens mis en oeuvre par l'entreprise pour prévenir les risques psycho-sociaux. Accompagner les salariés dans sa reprise du travail est un enjeu pour la société comme l’entreprise.
  • Prendre en compte le rythme féminin : Le cycle menstruel est source d’une variation de de forme et de productivité. Une entreprise moderne et humaine se doit de tenir compte de cette réalité en adaptant le rythme de travail et les sollicitations en fonction des contraintes du syndrome prémenstruel et du temps de menstrues. Une organisation du temps du travail et des jours de bienveillance peuvent être proposés aux femmes. En outre, dans l’évaluation de son poste, il devrait être évalué l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle. En effet, la charge de travail liée au travail à la maison altère la santé des salariés et donc son efficacité.
  • Soutien aux femmes et, parfois aux hommes, maltraitées : De trop nombreuses personnes souffrent de violences conjugales. L'entreprise peut apporter une aide sociale en terme de moyen et de logement pour protéger ses salariées et leur permettre de continuer à s'investir pleinement dans leur travail. L'autonomie financière est un gage d'égalité.
  • Une veille sur l'égalité salariale et de la promotion : Avec les partenaires sociaux, chaque entreprise devrait faire un audit sur les égalités des chances au sein de son entreprise.

Le management d’aujourd’hui se doit d’être humain. Un salarié heureux et épanouit travail mieux, est plus créatif et plus productif. Restaurer l’épanouissement personnel et l’efficacité de l’entreprise peut structurer un projet d’entreprise et participer à son image. La crise du COVID est l’occasion pour les entreprises d’êtres créatives, modernes et humaines.

 

[1] Seznec JC : J’arrête de lutter avec mon corps. Ed PUF.

[2] Seznec JC et Le Guen S : Débrancher son mental, trucs et astuces pour ne plus ressasser et profiter de la vie. Ed Leducs.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 07:56
La cérémonie du thé japonaise est plus qu’une simple cérémonie gustative, elle fait partie des rituels de méditation zen. Il s'agit avant tout de créer un moment unique dans le temps et dans l’espace, c'est ce que les Japonais appellent Ichigo, ce qui signifie "un moment, une rencontre".

Au cours d'une cérémonie du thé, les participants concentrent tous leurs sens sur le moment présent pour le vivent pleinement et trouver la tranquillité d’esprit.

 

Ce rituel est un cadeau de respect et d'affection de la part de l'hôte aux invités. La personne qui accueille la cérémonie du thé espère offrir un petit moment de paix suprême aux participants, c'est pourquoi elle fait tout avec le plus grand dévouement et le plus grand souci du détail.

 

il y a des étapes spécifiques. Les participants doivent exécuter chaque étape en toute conscience. C'est l'essence même de la cérémonie du thé : se concentrer exclusivement sur le moment présent et sur les détails du rituel. Oubliez votre hâte et vos soucis, oubliez l'avant et l'après.

 

 

La cérémonie du thé japonaise est tout à fait inséparable de la méditation et du zen, c’est comme les deux faces d’une même pièce. Au cours de cette cérémonie consciente, on prépare et on boit du thé vert matcha. Lorsque le thé a été apporté de Chine au XIIe siècle, il a rapidement été adopté à l'échelle nationale et est devenu l'un des aspects importants de la culture japonaise. Au début, les moines zen utilisaient le thé comme moyen de rester éveillé pendant la méditation, mais la cérémonie du thé est rapidement devenue méditative elle-même. L'arôme fort et puissant du thé vert matcha et ses qualités apaisantes sont devenus partie intégrante de la vie quotidienne des moines zen, et ont même fait leur chemin jusqu'aux modes de vie actuels.

 

Aujourd'hui encore, des cérémonies du thé sont organisées dans le monde entier et les gens les pratiquent pour faire une pause dans la journée, reprendre des forces et oublier tout simplement tout ce qui se passe.

Certaines personnes méditent avec du thé matcha même pendant les heures les plus chargées de la journée, afin de se vider la tête et de bien saisir la réalité. Vingt minutes par jour de cette cérémonie apaisante vous aideront à trouver votre paix intérieure et à mener une vie meilleure et sans stress. Bien sûr, il y a quelques règles à suivre et, comme pour toute méditation, le début peut être difficile. Cependant, à mesure que vous progresserez et que vous la pratiquez chaque jour, la méditation avec le thé deviendra une partie nécessaire de votre journée.

 

Faire de la méditation ne se résume pas qu’à déguster du thé mais toute les étapes de préparation de ce breuvage constitue l’essence même de la méditation zen.

Choisir son thé

En principe, tous les types de thé son compatible avec la méditation, mais pour bien ressentir la pleine conscience, du thé de qualité est requis.

Les thés non aromatisés sont recommandés, généralement en raison de leur meilleure qualité.

Une autre option consiste à utiliser du thé Matcha en poudre de qualité, qui a un goût de qualité et un arôme puissant.

 

Porter l’eau à ébullition

Le seul but de ce type de méditation est de ne prêter attention qu'à l’eau porté à ébullition. Asseyez-vous, détendez-vous et regardez les bulles passer de minuscules crépitements à de grosses bulles nerveuses dans la théière japonaise de préférence. Profitez de chaque seconde et ne laissez pas une pensée vous traverser l'esprit. Faites attention à votre respiration, réduisez le rythme cardiaque et laissez les sons de l'eau déterminer l'atmosphère.

 

L’infusion du thé dans l’eau

Prenez doucement une cuillère de votre thé matcha et mettez-la dans votre tasse préférée. Ajoutez lentement une tasse d'eau bouillie sur le thé et laissez reposer pendant une minute ou deux. Vous remarquerez que la vapeur monte et vous prendrez le temps de la regarder. Les odeurs douces et fortes de l'arôme qui se dégagent de la tasse, alors assurez-vous de les respirer facilement. Si vous utilisez des feuilles de thé, soyez généreux et regardez-les tourbillonner dans l'eau bouillante.

 

Contempler l'aspect du thé

Après quelques minutes, retirez délicatement l'infusion et asseyez-vous avec votre thé pendant un moment ce qui permettra au thé de se refroidir un peu et à vous de profiter des arômes et des couleurs de l'infusion.

Prenez la tasse et sentez la céramique dans vos mains. Pensez au fait qu'une personne très, très lointaine a cueilli les feuilles et vous a permis de préparer cette boisson apaisante. Soyez reconnaissant envers cette personne. Étendez vos pensées à d'autres choses qui ont rendu ce moment possible et appréciez toutes les personnes et les circonstances qui ont permis que tout cela se réalise.

 

Déguster le breuvage

Buvez lentement et concentrez-vous sur les caractéristiques du thé lui-même. Faites attention à la température, qu'elle soit chaude ou froide, remarquez les goûts, s'ils sont terreux, floraux ou herbacés ; pensez à la sensation du thé dans votre bouche, s'il est crémeux, sec, lourd ou léger. Ne pensez qu'au thé et à chaque gorgée. Vous remarquerez que tout le reste est différent autour de vous, et vous ne manquerez jamais un détail.

 

Une fois que vous avez fini de boire votre thé, n'oubliez pas de profiter du processus de nettoyage de votre corps. C'est aussi une partie de la cérémonie qui vous aidera à atteindre la paix intérieure. Le but de la cérémonie du thé et de votre cheminement vers la paix intérieure est d'apprendre à être attentif et à vivre dans le présent. Il s'agit également d'utiliser tous nos sens et l'interaction de notre être intérieur avec quelque chose du monde extérieur.

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2020 6 02 /05 /mai /2020 09:55

 

Les crises comme celle du COVID, la mondialisation et une compétitivité de plus en plus féroce poussent les entreprises et les structures à rechercher une constante adaptation au marché. Cette nécessité d’adaptation pousse ces dernières à une remise en cause perpétuelle non seulement pour améliorer leur productivité mais aussi pour tout simplement survivre. Ainsi les 30 dernières années ont été marquées par la multiplication des plans de restructuration avec leur cortège de fermeture de sites, de transfert de personnel, de licenciement, de départ en pré-retraite… [2]

Dans un souci de mener à bien à leur plan de restructuration, les entreprises et les institutions font de plus en plus appel à des sociétés de conseils spécialisées dans les conduites du changement. Ces dernières ayant en charge plusieurs missions comme l’élaboration et la conduite de ces projets au niveau des procédures et de la communication de crise, mais aussi de l’études des impacts économiques et sociaux sur le territoire ainsi que l’accompagnement des hommes dans leur reconversion par le biais par exemple de validation des acquis…

 

Les entreprises et les institutions prenant en considération l’impact psychologique d’un plan de restructuration sont encore rares. En effet, de nombreux mythes persistants, freinent ou empêchent cette prise en considération. Ainsi sont communément répandues les idées selon lesquelles un changement peut être indolore, immédiat, se dérouler sans problème s’il n’est pas de taille, n’être difficile que pour les moins compétents et ne pouvant réussir que par l’abolition du passé [1]. Malheureusement la réalité du terrain montre qu’aucun changement quelque soit sont ampleur ne se passe sans répercussion sur les salariés et donc sur leur travail. La misère symbolique en occident décrite par Striegler, générée par l’évolution de notre société, et l’isolement social des citoyens rendent vulnérables les organisations comme les individus aux émotions destructurantes. Le stress chez les salariés augmente donc de part les facultés d’adaptation que nécessite la nouveauté de la situation. De plus le caractère non immédiat de la mise en place des plans et l’existence de nombreux « temps mort » favorise l’émergence d’un sentiment d’insécurité et de peur de l’inconnu. Par ailleurs, le changement s’accompagne inéluctablement de perte et donc de regret, et de façon paradoxale les salariés les plus investis en souffrent le plus [1].

 

Au-delà des mythes, certaines entreprises préfèrent ignorer l’incidence psychologique d’un tel événement sur leurs salariés. C’est le cas des entreprises refusant de considérer le salarié dans sa sphère affective et psychologique par peur des débordements de la vie privée sur la vie professionnelle, de celles ayant le culte de la performance par le stress, ou tout simplement de celles niant le paradoxe entre la nécessité de changement et le besoin fondamental de tout être humain à structurer son environnement [3]

 

Les crises comme celle du COVID obligent chacun a reconsidéré la façon de travailler et modifient les perspectives d’avenir. Le chômage partiel et le télétravail sont à l’origine d’impact psychologique que les entreprises ont à considérer, évaluer et à gérer pour ne pas prendre le risque d’un effondrement post confinement. Cette pandémie va obliger nombre d’entreprises à se restructurer. Elles devront mettre en place les outils nécessaires pour accompagner ce changement au mieux.

Conscientes que tout changement organisationnel s’accompagne de bouleversements psychiques, certaines entreprises prennent le parti d’accompagner psychologiquement ses salariés au cours de leurs plan de restructuration afin de limiter la perte de productivité et la détérioration du climat social à plus ou moins long terme [2].

 

Cet accompagnement peut se faire par la mise en place d' Espace d’Ecoutes et d’Expression.

 

 

I Raisons d’exister d’un Espace d’Ecoute et d’Expression : impact d’une restructuration sur les salariés

 

1.1 La restructuration : un facteur de stress professionnel.

 

Le stress est un mode de réponse global d’un organisme par rapport à un environnement vécu comme agressif. C’est un mécanisme d’adaptation face à une agression externe. D’après les travaux réalisés par Hans Seylel sur des animaux, ceux-ci passent par 3 phases lorsqu’ils sont soumis à un stresseur. Tout d’abord une phase d’alerte engendrée par un environnement nouveau, inhabituel et source d’agression. Puis une phase d’habituation ou endurance où l’organisme mobilise toutes ses ressources pour y faire face. Vient ensuite une phase d’épuisement lorsque la phase d’endurance se prolonge trop longtemps [1].

Le stress professionnel a fait l’objet ces dernières années d’une abondante littérature anglo-saxonne. Cependant ce concept manquant de consensus, il semble nécessaire de récapituler les différents modèles existant pour expliquer de façon non exhaustive en quoi une restructuration peut en être un facteur.

 

Selon le premier modèle le stress peut survenir lorsque la demande professionnelle est trop menaçante pour rendre possible l’adaptation de l’individu à son environnement.

Karasek établit un modèle du stress qui découlerait d’une demande professionnelle forte sans grande latitude du salarié sur les décisions [2].

Le modèle de Siegrist introduit la notion d’effort-récompense. Le stress y apparaît en l’absence d’une réciprocité entre l’effort accompli et la compensation qu’il reçoit [2].

 

 

Une restructuration est donc un facteur de stress car elle oblige le salarié à s’adapter à une situation inhabituelle et menaçante. Plus précisément elle peut être facteur de stress professionnel en ce qu’elle représente une menace pour le salarié par l’incertitude qu’elle engendre et donc par la difficulté d’adaptation qui en découle.

En effet, c’est une forte demande professionnelle sur laquelle le salarié a peu de prise. Par exemple une entreprise peut être amenée à fermer certaines filiales et obliger les salariés à déménager s’ils veulent conserver leur poste.

Elle peut être perçue comme une absence de réciprocité entre les efforts fournies et ce qu’estime pourvoir recevoir en contrepartie le salarié. Ainsi elle peut être ressentie comme une injustice voir comme une punition.

 

1.2 La restructuration : inducteur de troubles

 

Le stress a une fonction utilitaire car il permet de s’adapter aux modifications, menaces et contraintes de l’environnement. Cependant selon sa gestion et l’importance de son intensité, de sa fréquence et de sa durée, il peut être à l’origine de troubles à tous les niveaux de l’organisme (psychologiques, somatiques, physiques) [3].

Le stress découlant d’une restructuration peut donc être à l’origine de ces troubles car elle est souvent parsemée d’inconnu, s’effectue dans un temps relativement long et se découpe en plusieurs étapes pouvant pour chacune d’elles représenter une source de stress.

 

 

1.2.1 Les troubles psychologiques :

 

Les principaux troubles psychologiques constatés sont l’anxiété, la dépression voir le suicide.

 

L’anxiété :

  • Elle se caractérise par un vécu permanent d’appréhension et d’inquiétude.
  • Elle se manifeste au niveau somatique par des tensions musculaires, de l’hypertension, des sensations d’oppression et de gorge nouée.
  • Elle entraîne au niveau psychologique de l’angoisse et une « hyperviligance », traduisant un état d’alerte. Ainsi le sujet se sent en permanence sur le qui-vive, ce qui l’empêche de se détendre, de s’endormir …

 

D’un point de vue comportemental, l’anxiété induit des comportements d’évitement (voir phobiques) ou de réassurance. C’est le cas de l’employé qui ne veut plus manger avec les autres de peur d’entendre parler du plan de restructuration, ou encore de celui qui cherche à savoir au près de la direction, des autres salariés si son travail, son ancienneté, sa situation familiale lui permettra d’être muté là où il veut.

 

L’anxiété est considérée comme un trouble de l’adaptation quand son intensité est trop élevée et qu’elle perdure alors que le stresseur a disparu Elle entrave alors les capacités d’adaptation du sujet à son environnement [4]. L’employé souffrant d’anxiété peut de venir irritable, avoir des problèmes de concentration, paniquer de façon excessive au moindre changement, s’en faire pour tout et sans raison, consommer de l’alcool ou des tranquillisants pour alléger sa souffrance…

 

 -La dépression :

 

Les troubles anxieux peuvent évoluer vers des troubles dépressifs. Ces derniers sont les troubles psychologiques les plus marquées du stress [1].

 

Elle se caractérise par plusieurs symptômes :

 

Tout d’abord un « effondrement de l’humeur ». La personne n’est plus capable d’appréhender son environnement de manière positive. Il est dans un état perpétuel de douleur morale.

Puis une perte d’intérêt.  Le sujet ne s’intéresse plus à rien que cela soit au niveau de sa vie privée ou professionnelle.

Enfin, un ralentissement général. Le dépressif est facilement reconnaissable car tout semble lui demander un effort (manger, se lever, travailler …)

 

Les manifestations psychosomatiques que l’on retrouve le plus fréquemment chez des personnes atteintes de dépression sont des troubles du sommeil, un perte d’appétit ou au contraire des manifestation de boulimie.

 

- Le suicide

 

Dépression, antécédents familiaux, abus d’alcool ou de drogues représentent des prédispositions au suicide qui n’enlèvent cependant rien au rôle déterminant que peut jouer l’environnement et les facteurs de stress sur le passage à l’acte. Ainsi les facteurs de stress liés au travail peuvent amener une personne à se suicider. Les motifs les plus fréquents sont liés à la notion d’échec professionnel, à la perte de repères, aux difficultés d’adaptation au changement, aux conflits institutionnels, aux difficultés économique …[1]

 

1.2.2 Les troubles somatiques et psychosomatiques

 

Au delà des troubles psychiques, le stress professionnel, peut accroître les risques de maladies cardio-vasculaires, de cancer, de troubles musculo-squelettiques.

Les salariés peuvent aussi développer des troubles psychosomatiques tels que des migraines, des ulcères de l’estomac.

 

II L’Espace d’Ecoute et d’Expression

 

    1. Définition d’un Espace d’Ecoute et d’Expression

 

L’Espace d’Ecoute et d’Expression est mis à la disposition des salariés par l’entreprise dans le cadre de changements profonds (restructuration, fusion…) ayant des répercutions psychologiques sur ces derniers pouvant affectées leur travail et donc leur productivité.

Sa vocation est de soutenir et d’accompagner les salariés dans toutes les phases du changement par une meilleure gestion de son stress. Loin d’une « victimisation » des salariés, il leur permet de développer des stratégies d’adaptation face à une situation inéluctable.

Son existence se justifie au delà de son utilisation car il joue un rôle « d’organisateur psychique ». Son inscription dans l’imaginaire des employés, de la direction et de tout autres intervenant lui permet de fonctionner tel un parachute, dont la seule présence rassure et apaise.

Cet espace est constitué d’une équipe de psychologues. Selon l’implantation géographique et le type d’organisation de l’entreprise, les salariés dans un temps délimité peuvent y accéder physiquement grâce à la mise en place d’un endroit spécifique, ou par téléphone.

 

 

 

 

​​​​​​

 

 

Exemple d'une mise en place d’un Espace d’Ecoute et d’Expression

 

 

 

Contexte

 

Suite à l’annonce de son plan de restructuration aux salariés, les syndicats de la société T ont désiré la mise en place un Espace d’Ecoute et d’Expression en parallèle des antennes emploi. Déjà marquée par les difficultés rencontrées au cours d’un premier plan social ayant eu lieu quelques années auparavant, la Direction accède à la demande des syndicats. Cette dernière souhaite que sa mise en place se fasse rapidement pour concorder avec l’ouverture des antennes emplois. L’espace d’Ecoute et d’Expression doit donc être opérationnel rapidement. Dans l’urgence les membres de l’espace rencontre la Direction afin de déterminer son champ d’action et ses modalités de fonctionnement.    Ainsi l’équipe prend connaissance de l’entreprise dans sa globalité (cœur de métier, effectif, culture, répartition géographique…). Elle s’informe aussi sur le déroulement du plan de restructuration et sur le climat social actuel.

 

L’entreprise T est nationale, elle est constituée de plus de 15000 salariés répartis dans des agences sur toute la France. Elle possède une culture d’entreprise de type patriarcale qui rend la restructuration d’autant plus traumatisante pour ses salariés. Le plan de restructuration s’étend sur 3 ans. A son annonce le climat social se détériore. A priori, ce plan n’inclus pas de licenciement mais des départs en pré-retraite ou une mobilité interne.

 

Modalités de Fonctionnement

 

-Il est constitué de psychologues aguerris aux problématiques du stress et plus particulièrement celui découlant des restructurations.

 

-L’Espace d’Ecoute et d’Expression a été mis en place suite a un consensus obtenu entre la Direction et les partenaires sociaux.

 

-Il est connu de tous les intervenants du changement (syndicats, responsables des antennes emploi…)

 

-Il concerne tous les salariés

 

-Il est indépendant

 

-Il s’étend sur une durée de 10 mois (flexible selon l’évolution de la situation) où se déroule différentes phases :

 

  • l’ouverture des antennes emplois
  • La phase d’adhésion aux mesures d’âge et de mi-temps de longue durée
  • La publication des offres de postes
  • Le recueil des candidatures des salariés concernés par les suppressions d’emplois, en réponse aux offres de poste
  • La communication aux salariés des affectations et le début des formations destinées aux salariés en reconversion
  • Les premières fermetures et transformations des succursales, la prise de poste des salariés concernés.

-Il fonctionne par le biais d’une ligne téléphonique ouverte 5 jours sur 7. Les salariés peuvent appeler directement à partir de leur lieu de travail. Les plages horaires ont été définies avec la société T. Elles s’étendaient tout d’abord de 9 heures 12 heures et de 14 heures à 17 heures. Devant une diminution des appels, la Direction a souhaité diminuer le temps d’écoute. Afin d’optimiser ce temps, une nouvelle plage horaire a été délimitée entre 11 heures et 14 heures. Une boîte vocale existe (en cas d’indisponibilité en temps réel) pour permettre au salarié de laisser ses coordonnées afin d’être rappelé dans la journée. Cette modalité utilise le rôle de « sas » d’attente pour régler un certain nombre de situations.

 

-L’annonce de son existence, de ses modalités de fonctionnement et de toute modification se fait par le biais d’annonces passées dans le journal interne de l’entreprise. Ces annonces visent notamment les managers ainsi que le personnel médical et social.

 

-Le responsable de l’équipe rencontre la Direction chaque mois pour la tenir au courant de l’évolution de la situation et pour prendre si nécessaire d’autres dispositions. L’analyse des problématiques et de leurs origines découle du dénombrement des appels (notamment des « raccrochés »), du recueil systématique des éléments suivants :

 

  • Heure d’appel
  • Durée de l’appel
  • Sexe de l’appelant
  • Motif de l’appel
  • Points techniques évoqués à relayer aux antennes emplois

 

-Une fois par mois toute l’équipe se réunit pour faire le point sur la situation et réfléchir aux actions éventuelles à mener.

 

-Différentes visites de sites ont lieu afin d’inscrire l’Espace d’Ecoute et d’Expression dans l’imaginaire des salariés.

 

Résultats quantitatifs

 

-Le volume des appels était d’environ de 30 les 2 premiers mois suivi d’une diminution dans les mois suivant. Par ailleurs, la recrudescence d’appels prévus à certains moments clés comme par exemple à l’annonce de la publication des offres de postes n’a pas eu lieu. Une des explications envisageables est la diminution et le changement des plages horaires.

 

-Les appels proviennent essentiellement des régions et plus précisément de sites devant fermés ou voir ses effectifs réduits.

 

-Autant d’hommes que de femmes appellent.

 

-Les appels proviennent majoritairement des exécutants du changement et non des managers, des partenaires sociaux ou encore des responsables des antennes emplois.

 

-Les cas de rappels sont rares.

 

-Certains salariés appellent de leur domicile considérant que la confidentialité de la discussion n’est pas possible au sein de leur agence.

 

Résultats qualitatifs

 

L’Espace d’Ecoute et d’Expression mis en place a permis :

 

L’évacuation des émotions et des angoisses

 

Les appelants contactent l’Espace d’Ecoute et d’Expression le plus souvent sous l’emprise d’une émotion ou d’une angoisse correspondant aux étapes psychologiques du changement (déni, peur, colère désespoir, marchandage). La libération de ces dernières leur procure un soulagement qui leur permet de prendre du recul nécessaire pour détecter les facteurs de stress.

 

La détection des stresseurs professionnels

 

De multiples stresseurs liés à la restructuration émergent au cours des appels.

 

-Les salariés sont déstabilisés par les phases d’attente existant entre la mise en place des différentes étapes. Ils vivent ces phases dans l’angoisse de l’inconnu. C’est le cas des salariés qui doivent patienter plusieurs mois avant de savoir s’ils vont être mutés et si tel est le cas où.

 

-Le dispositif d’accompagnement des salariés en lui-même peut être générateur de stress.

Ainsi la mise en place de grilles permettant selon différents critères de déterminer l’ordre de priorité pour les mutations est mal vécue par les salariés. En effet, ces derniers ont l’impression d’être « mise en case » et ont le sentiment d’être « des pions » plus que des « sujets ».

 

-Les choix demandés aux salariés concernant l’évolution de leur carrière sont anxiogènes. Ils signifient pour les salariés de devoir se positionner entre différentes possibilités ne correspondant pas forcément à leur souhait. Le fait de devoir choisir renforce alors sont sentiment d’impuissance, de perte de contrôle. Ceci se vérifie par exemple pour certains salariés contents de leur rythme de travail mais devant choisir entre une diminution de leur temps de travail et un départ en pré-retraite, ou encore pour les salariés désireux de ne pas déménager dont le poste n’est pas forcément supprimé et à qui l’on demande de sélectionner 5 sites où ils désireraient être mutés.

 

-La nécessité de conversion est elle aussi source de stress car elle fait appel aux capacités d’adaptation du salarié. Certains employés dont les postes sont supprimés sont en effet obligés de suivre des formations et de passer des concours en vue de leur reclassement au sein de l’entreprise.

 

-Le climat interne aux agences est aussi un puissant stresseur. C’est le cas des agences dont l’ambiance est pénible du fait du départ d’une partie du personnel ou encore de celles dont la suppression de certains postes amène une rivalité interne afin de conserver son poste en son sein.

 

La détection  des stresseurs de la vie privée

 

Aux stresseurs professionnels viennent se greffer les stresseurs de la sphère privée.

 

- Ils sont d’ordre familiale et relationnel (divorce, décès, rupture...) ou encore médical (cancer, handicap…)

 

La détection des problématiques engendrées par ces stresseurs

 

Dans le cadre de l’Espace d’Ecoute et d’Expression, les problématiques abordées par les appelants sont principalement de l’ordre de l’interaction entre la vie privée et professionnelle.

Elles peuvent être dues au cumul d’éléments stresseurs à la fois dans la sphère privée et professionnelle. Par exemple un salarié étant muté dans une autre ville alors que sa mère n’a plus que quelques mois à vivre.

 

Elles peuvent aussi découlées d’une réaction en chaîne, les stresseurs professionnels donnant naissance à des stresseurs privés. Par exemple un salarié doit être muté et à l’idée de déménager sa femme tombe en dépression.

 

La détection de l’impact des stresseurs sur les salariés

 

Chez les salariés ayant recours à l’Espace d’Ecoute et d’Expression l’on dénote, pour certains, la présence de troubles psychologiques (anxiété, angoisse, dépression) ainsi que des troubles psycho-somatiques. Ces différents troubles les empêchent le plus souvent d’avoir une réponse adaptée à leur environnement tant professionnel que privé. Par ailleurs, l’on peut constater chez quelques salariés des troubles du comportement sur leur lieu de travail comme par exemple de l’irritabilité, de la méfiance excessive, des difficultés de concentration et de motivation, de l’absentéisme. Dans leur sphère intime, certains appelants se plaignent d’insomnie, d’incapacité à se détendre, d’agressivité vis à vis de leur entourage… Il est à noter que dans le cadre de la présence de troubles psychologiques, ceux-ci étaient le plus généralement présents ou latents auparavant. La restructuration aura eu pour effet, de les réveiller ou de les renforcer.

 

Beaucoup de salariés ne présentant pas de troubles psychologiques appellent lors de la passation des différentes étapes psychologiques conduisant au changement. C’est le cas des salariés qui refusent de croire qu’ils vont être mutés, de ceux en colère car ils ont le sentiment de n’être pas pris en compte ou encore de ceux angoissant car ils ne connaissent pas leur lieu de mutation.

 

Une meilleure adaptation 

 

L’Espace d’Ecoute et d’Expression a pour but de favoriser une meilleure acceptation de la situation grâce à l’aide procurée aux salariés pour mieux s’y adapter.

 

Ainsi la détermination des stratégies d’ajustements (coping [4]) adoptées permet de cerner si elles étaient réellement adaptées à l’élément stresseur et si tel n’était pas le cas d’essayer d’en trouver d’autres plus ajustées avec l’appelant.

 

Par ailleurs, l’Espace d’Ecoute et d’Expression offre la possibilité dans certains cas aux salariés d’augmenter leur résistance au stress par la promulgation de conseils concernant leur hygiène de vie et leur comportement de santé comme par exemple en les incitant si le besoin s’en fait sentir à avoir une alimentation équilibrée, à ne pas abuser de substances toxiques, à faire de l’exercice régulièrement… Mais aussi en les aidant à faire le point sur le soutien social disponible et nécessaire pour mieux vivre cette période difficile. Ce réseau social étant constitué des personnes pouvant apporter un soutien émotionnel, d’estime, matériel ou informatif. En outre, elle encourage les appelants à cerner et à mettre en pratique les activités et comportements susceptibles de leur apporter suffisamment de plaisir pour compenser les effets négatifs engendrés par les éléments stresseurs.

 

 

Une prévention et une orientation :

 

Par le biais d’une écoute libératrice, d’une détection des stresseurs, de leur impact, d’une aide à une meilleur adaptation, les psychologues ont pu prévenir l’installation de troubles psychologiques comme l’anxiété récurrente ou encore la dépression.

Dans les cas où il était trop tard pour une action préventive son rôle a consister à orienter les salariés vers un suivi psychologique s’ils n’en n’avaient pas déjà.

 

Conclusion

 

Si l’Espace d’Ecoute et d’Expression a indéniablement une utilité pour les salariés appelants. Il n’en demeure pas moins vrai que sa seule présence a des effets positifs sur les salariés n’y ayant pas recours. En effet, il joue le rôle de parachute en ce sens où sa seule présence rassure et donne l’impression d’être pris en compte. Pour preuve, les syndicats à l’origine de la mise en place de l’Espace d’Ecoute et d’Expression n’ont jamais ressentis le besoin de rencontrer les membres de l’équipe et ont stoppés leurs revendications sur ce sujet auprès de la direction. La diminution des appels peut aller aussi dans ce sens même si d’autres hypothèses peuvent être avancées comme un problème de communication ou encore les changements d’horaires (dus à une première baisse des appels). S’il est difficile pour la direction de déterminer le réel impact de l’Espace d’Ecoute et d’Expression sur la productivité du salarié force est tout de même de constater qu’il a évité une trop grande détérioration du climat social ce qui nuit indirectement ou directement à la qualité de travail des salariés.

L’impact positif de cet Espace aurait probablement pu être augmenter en multipliant les rapports avec la médecine du travail, les partenaires sociaux et le cabinet en charge de la gestion du changement qui ont été sporadiques (notamment avec les assistantes sociales) voir inexistants avec le cabinet de conseil et la médecine du travail.

 

 

V Références

 

  1. Légeron P. Le stress au travail. Paris: Odile Jacob; 200
  2. Graziani P, Hautekèete M, Rusinek S, Servant D. Stress, anxiété et troubles de l’adaptation. Paris: Acanthe/Masson ; 2001.
  3. Ferreri M, Légeron P, Azaïs F, Grimaldi N, Misslin R, Nuss P, Pernoud V, Rouillon F. Travail, stress et adaptation. Paris : Elsevier ; 2001.
  4. Ferreri M, Bourgeois Ml, Cyrulnik B, Dantzer R, Despland JN, Gorwood P, Lebigot F, Légeron P, Mirabel V, Parquet PJ, Rouillon F, Salem J, Servant D, Tawil S. Le Trouble de l’Adaptation avec Anxiété. Paris : Springer ; 1997.
Partager cet article
Repost0
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 12:55

Cette retraite dans notre domicile du au confinement imposé est éprouvante pour certains d’entre nous. Elle est source de douleurs. La difficulté à être en paix avec soi-même se traduit par une lutte avec soi, ses pensées, ses émotions et son corps. Parfois nous pouvons être tenter par des comportements anesthésiants pour ne pas être en contact avec notre intériorité : fumer, grignoter, consommation d’alcool ou de drogues, etc. Pourtant, une telle démarche n’aboutit à aucune victoire, uniquement, au final,  à de la souffrance. Si vous souhaitez prendre une autre direction que la souffrance, c’est comme tenter d’atteindre l’Everest, cela débute toujours par un premier pas. Commencez par un premier pas et vous verrez jusqu’où vous irez !

 

Notre vie et notre humanité sont comme des jardins. Pour s’engager dans ce processus de paix, une âme de jardinier est nécessaire. Ce travail s’inscrit dans le temps. Vous allez labourer, désherber, semer, tailler au rythme de vos saisons. Il y aura des hivers, des printemps, des étés et des automnes[1]. Ces propos semblent simples et naïfs mais ils m’apparaissent représenter au mieux l’état d’esprit nécessaire à un travail pour changer.

 

Le travail de jardinier suit le principe du hobby selon les Japonais :

  • Nous ferons ce travail personnel aussi sérieusement, sinon plus, que notre activité professionnelle ;
  • Le but de ce travail ne sera pas lucratif ;
  • Il n’aura pas forcément de spectateur (par cette démarche, nous n’alimenterons pas une théâtralité), ni d’auditeur (nous ne passerons pas notre temps à faire le récit de ce travail) :
  • Il participera à notre équilibre ;
  • Nous le développerons en secret avec l’espoir d’éveiller en nous des zones ensommeillées ;
  • Au final, le sens de ce travail sera d’œuvrer pour élargir notre Être que tant de forces tendent à rétrécir.

 

Cette saison confinée chez nous est l’occasion de nous recentrer. C’est l’opportunité de travailler à plus de fléxibilité intérieure, à jardiner notre intériorité pour l’élargir et pour nous sentir riche de ce que nous sommes. C’est l’occasion de sortir de la dépendance affective et matérielle pouvant faire l’objet d’une prison mentale. Bon jardinage.

Seznec JC et Le Guen S : Débranchez votre mental, trucs et astuces pour ne plus ressasser et profiter de la vie. Ed Leducs

 

[1] cf film Bienvenue Mister Chance avec Peter Sellers

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog à palabres
  • : Espace de créativité, d'échanges et de palabres sur la vie, les humains et la psychologie. Boite à trucs et astuces mais aussi à réflexions
  • Contact

Recherche

Liens