Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 18:51

L’ACT, ou thérapie de l’acceptation et de l’engagement, est une thérapie comportementale et cognitive dites de troisième vague. Dans cette troisième vague, on y retrouve tout une famille de thérapies (FAP, pleine conscience, etc.). Ces dernières ont la particularité de se centrer sur l’instant présent, son observation et sur les émotions que l’on ressent.

 

 

 

 

L’ACT s’appuie sur des compétences, qu’elle cherche à développer afin de gagner en flexibilité psychologique :

  • Observer ce qui est présent à cet instant autour et à l’intérieur de soi, en l’acceptant sans lutter contre, et sans l’éviter, pour faire de cette occasion une opportunité.
  • Ne plus être esclave de son cerveau émotionnel en défusionnant de ses pensées et en pouvant choisir de vivre en fonction de ce qui compte pour soi. Ce qui compte pour soi et aussi le rapport que l’on choisit d’avoir avec les autres.
  • Définir ses valeurs et agir, de façon engagée, en fonction de celles-ci.
  • Le seul arbitrage est de regarder ce qui fonctionne pour soi, selon son contexte, pour choisir si on continue les actions choisies ou si on les ajuste.

Lors de cette thérapie, on prend conscience des règles qui nous gouvernent et qui peuvent être source de d’emprisonnement comportemental et de souffrance. On essaie de remplacer les injonctions comme les « il faut » ou les « je dois » par des « je choisis » ou des « je décide ». Cette approche met l’humain au centre, comme capitaine de sa vie, pour être maitre de son destin. Elle élimine les règles pour ne garder que ce qui fonctionne, selon un contexte personnel ou environnemental. Dans cette approche, il n’y a donc pas de norme pour la simple raison que le contexte n’est pas le même pour chacun et à chaque époque. De ce fait, cette thérapie contextuelle travaille la flexibilité psychologique et attentionnelle pour s’adapter à l’impermanence de chaque instant, en ne se fourvoyant pas à lutter sur ce dont on n’a pas le contrôle et négocier, au mieux, le reste, afin de rester au contact de ce qui compte pour soi.

A l’opposé, nos sociétés modernent tentent de normaliser la vie. La philosophie de notre civilisation est d’aligner le comportement de chacun a des règles et des normes (iso, etc.) pour mieux la régenter. Au fur et à mesure de son évolution, on observe qu’il y a de moins en moins d’artisans qui ajustent leur travail et de de plus en plus d’ingénieurs qui déclinent dans leurs productions des modèles selon des abaques ou les règles de l’art, pour garantir la sécurité de chacun et l’ordre.

Cette société, face à l’impermanence de la vie, du fait qu’il y a toujours des exceptions aux règles et que la vie ne se passe rarement comme on l’a prévu, passe son temps à réinventer de nouvelles règles pour corriger les règles précédentes, ainsi de suite…, ce qui complexifie les choses sans fin. C’est ainsi que parfois, il devient impossible de suivre des règles devenues ubuesques ou kafkaïennes. Cette moulinette administrative transforme les humains et les professionnels en employés ou en soldats, tel Métropolis, d’une société devenue folle de son désir de contrôle. Infatigablement, elle continue à pomper tel des Shadocks.

L’ACT est une thérapie individualiste ou chaque humain noue des compromis sociaux avec ses congénères et son environnement juste parce que cela fonctionne mieux. Ce qui dirige les individus, ce ne sont pas des règles, qu’elle a tendance à écarter, mais ses valeurs, pour muscler sa liberté d’être. En cela, il s’agit probablement d’une thérapie libertaire. Elle montre qu’un individu mature et pleinement développé n’a pas besoin d’un carcan de règles pour vivre en bonne intelligence avec ses pairs… Il y a peut-être encore du travail à faire pour nos congénères… En tout cas, il est intéressant de se poser quel fonctionnement veut-on avoir :

  • Une société réglementée emprisonnante mais qui pose un cadre qui nous économise des pensées : il n’y a qu’à suivre la règle… Du moment qu’il y en a pas trop (nul n’est sensé ne pas connaitre la loi, soi-disant) et qu’elles ne se contredisent pas ou ne rendent pas impossible la vie.
  • Une société ou chacun est libre mais arbitre ses comportements selon des valeurs que l’on applique pour soi et pour ses relations avec les autres, en étant attentif, à ce que cela fonctionne pour tous. Ce fonctionnement demande un apprentissage à la pleine conscience, à la présence et à la capacité de choisir. Ce mode de fonctionnement est probablement plus couteux en énergie.

En attendant d’arriver à cela musclons notre liberté d'être et de choix. (Heureusement, que la société ne perçoit pas ce côté libertaire de la thérapie ACT, pour ne pas l’interdire et pour ne pas se retrouver excommunier en la pratiquant !) sourire !

Qu’en pensez-vous ?

 

Seznec jc et Siaud-Facchin J: Grandir, vivre, devenir. Ed Odile Jacob

Seznec jc : Guide pratique de survie en cas de crise. Ed Leduc

Seznec JC et Ouvrier-buffer E. : Pratiquer l'ACT par le clown. Ed Dunod

Partager cet article
Repost0

commentaires