Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 21:20

Ces dernières années, la pratique de la pleine conscience est devenue un fait de société. De plus en plus de personnes la pratique. Derrière ce vocable, il existe beaucoup de quiproquo et de mésententes qu’il est nécessaire d’éclaircir sur cette pratique de plus en plus populaire. Si elle n’est pas la pilule du bonheur, la pleine conscience est source de nombreuses vertus à tout âge, largement étudiées par les chercheurs. Le cerveau du Dalai Lama est probablement l’un des cerveaux qui a été le plus observer en IRM[1] !

  • Chez les enfants, elle permet notamment de muscler ses capacités d’attention, une meilleure gestion de ses émotions et d’être mieux outillés pour négocier les événements de vie. Elle devrait être systématiquement apprise à l’école primaire comme moyen de prévention et de développement personnel.
  • Chez les adultes, elle prévient le risque dépressif, l’anxiété et est source de joie et de sérénité. On a même montré son effet positif sur les facteurs immunitaires de maladies comme le psoriasis.
  • Lorsque l’on avance en âge, elle a un impact majeur sur la qualité de vie, la santé et l’espérance de vie.

La pleine conscience est une pratique laïque de la méditation qui consiste à essayer d’être présent à soi-même en s’offrant des moments de silence et de calme intérieur, pour juste être là, simplement là, curieux de l’instant présent, sans jugement ni commentaire afin d’harmoniser le corps et l’esprit. Pratiquer la pleine conscience ne consiste pas à ne pas penser mais juste être conscient de ses pensées, de faire la différence entre soi et ses pensées, ne pas rester accrocher à elles pour être capable de les laisser filer et s’éviter des temps de rumination. Il s’agit de distinguer les pensées qui nous sont utiles et celles qui ne le sont pas. En effet, notre organisme produit des pensées comme nous produisons de la salive, de l’urine… Méditer, c’est prendre conscience, en musclant ses capacités d’observation de notre intériorité et de ce qui nous entoure, que nous ne sommes pas nos pensées comme nous ne sommes pas notre salive ni notre urine. Pour garder cette image crue, lorsque nous allons aux toilettes, nous tirons la chasse d’eau et nous allons dans une autre pièce. Faisons de même dans notre tête et tirons la chasse sur certaines pensées pour parfois sortir de notre mental et s’ouvrir à l’expérience du présent, en se connectant à nos sens, contempler la vie et la regarder non pas comme une suite de problème mais comme un coucher de soleil.

Méditer se pratique de façons très diverses :

  • Soit au cours de programmes d’entrainement de 8 semaines comme le MBSR[2] auprès d’un instructeur psychologue[3]
  • Soit à l’aide d’applications téléphoniques comme Petit Bambou
  • Soit en venant méditer avec l’association « S’asseoir Ensemble »[4].
  • Soit en étant présent à ce que l’on fait.

En effet, il n’est pas nécessaire d’être assis pour méditer. On peut le faire en étant bien présent à l’expérience sensorielle d’une douche, en étant juste là, curieux de l’instant et pas happer par ce que l’on va faire ensuite, de la même façon en marchant sans se laisser distraire par les événements suivants ou en courrant, en faisant la vaisselle ou toute autre activité de la vie de tous les jours, même en parlant. Probablement que les anciens méditaient sans le savoir en faisant du jardin ou des travaux de fil, en étant bien attentionné à ce qu’ils faisaient, sans commentaire ni jugement, tout en faisant de la place en eux pour vivre l’expérience avec curiosité.

La méditation est un entrainement de l’esprit et du corps pour être capable de sortir de son mental, d’être continent de ses pensées et de pouvoir se connecter et de focaliser sur son cerveau sensoriel. C’est vivre chaque chose comme un expérience en soi. Méditer, c’est reprendre le pouvoir sur notre attention que la pratique des écrans abime, en nous « hypnotisant », nous libérer de la réactivité pour muscler notre capacité d’être.

La pratique de la méditation diminue le stress et l’angoisse, renforce les défenses immunitaires, améliore le sommeil et ralenti le vieillissement cellulaire.

Ordonnance de bien-être

  • Bouger son corps
  • Manger des aliments réels
  • Prendre soin de sa fatigue et s’offrir des opportunités de sommeil
  • Cultiver son réseau social
  • Cultiver la pleine conscience de soi dans nos actions du quotidien
  • Diminuer les toxines
  • Poser des actes significatifs
  • Pratiquer l’auto-compassion

 

On sait désormais que nous ne vieillissons pas mais que nous évoluons toute notre vie. Pendant longtemps le terme de vieux était corrélé au terme grabataire et maladie ce qui terrorisait beaucoup de personnes. L’évolution des connaissances a montré qu’il n’y avait pas de fatalité en la matière. Mike Jagger (1943), Iggy pop (1947) et Marianne Faithfull (1946) sont trois exemples parmi tant d’autres d’une autre possibilité d’aborder son âge malgré leurs vies dissolues de rocker. Grâce au développement des neurosciences, nous avons découvert la formidable plasticité de notre cerveau qui peut produire de nouveaux neurones et se réorganiser tout au long de notre vie. Cette évolution dépend de notre engagement, de notre présence dans la vie et de la façon dont nous prenons soins de nous. La pratique de la méditation participe à cette évolution en réorganisant notre cerveau comme il l’a été démontré par l’imagerie cérébrale.

Une étude a suivi pendant 70 ans un groupe de personnes. Elle a trouvé que le principal critère de santé et de bien être à 95 ans était la qualité de son réseau social à 50 ans. Une autre étude auprès de femmes de chambre a montré que les femmes de chambre qui avait conscience des vertus, en termes de bénéfices pour leur santé, de l’aspect physique de leur métier avaient moins de problème de santé que celles qui le faisaient mécaniquement (soulever des matelas vaut autant que d’aller en salle de sport !). Ce qu’il faut en retenir, c’est qu’il ne suffit pas de faire quelque chose pour que cela nous fasse du bien mais d’en avoir conscience et y mettre du sens.

Vivre de façon engagée et en conscience dans la vie a un impact significatif sur notre santé, sur notre qualité de vie et sur notre espérance de vie. De nombreuses études ont montré les bénéfices de la pratique de la pleine conscience aussi dans les maisons de retraites et dans les EPADH.

Grâce à la pratique de la pleine conscience, il est possible de redevenir le capitaine de son âme et le maitre de son destin comme disait Nelson Mandela. A vous d’essayer pour profiter au mieux de votre chemin de vie !

Seznec JC et Le Guen S : Débranchez votre mental, trucs et astuces pour ne plus ressasser et profiter de la vie, Ed Leducs

 

[1] Image en Résonnance Magnétique

[2] Meditation Based Stress Reduction

[3] Annuaires des instructeurs : https://www.association-mindfulness.org///

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog à palabres
  • : Espace de créativité, d'échanges et de palabres sur la vie, les humains et la psychologie. Boite à trucs et astuces mais aussi à réflexions
  • Contact

Recherche

Liens