Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2021 7 31 /01 /janvier /2021 11:00

Forest Gump disait que la vie est comme une boite de chocolat, on ne sait pas sur quoi on va tomber. Je vous propose de paraphraser cette maxime à propos des enfants que l’on a et qui naisse.

En effet, lorsque l’on choisit, plus ou moins d’ailleurs…, d’avoir une enfant, on est rempli de projections, de désirs et d’envies. Il est l’objet de nos envies de lien. Parfois, on souhaite qu’il comble tout l’amour que l’on n’a pas eu ou qu’il permette de vivre tous les échanges dont on a été frustré. On aimerait aussi lui offrir toutes les opportunités et les cadeaux de la vie que nous aurions aimé recevoir. On se reconnait par fois en lui ou on aimerait qu’il répare les besoins qui n’ont pas été satisfait dans notre enfance. Ce dernier se moule parfois plus ou moins, par coping, à ce que nous représentons. On voudrait être fier de lui et se remplir de l’orgueil que provoque notre création. Mais un enfant n’est pas un résultat ni un trophée ! Inexorablement, il aura à apprendre à être lui avec son caractère, ses compétences et ses envies pour s’émanciper et s’inventer. Empêcher ce mouvent risque de le blesser et de l’entraver.

La série « Fais pas ci, fais pas cela » est exemplaire à ce sujet. Elle raconte la vie de deux familles : les Bouleys et les Lepics

  • Les Bouleys refusent le modèle autoritaire de leurs parents. Ils représentent une famille recomposée et moderne, appliquant un type d'éducation souple, déstressé, où le dialogue l'emporte sur l'autorité, et qui recherche l'épanouissement personnel de leurs enfants : Tiphaine, 16 ans, issue du premier mariage de Valérie, et Eliott, 8 ans. La famille s'élargira par l'arrivée de Salomé. Ils cherchent avant tout à ce que leurs enfants les aiment.
    Au gré des évènements, le modèle type subit des distorsions et fait apparaître des contradictions : ils appliquent un type d'éducation « cool », sans autoritarisme. Ils sont contre les idées toutes faites et veulent qu’ils fassent leurs propres expériences, mais ils se désolent quand Tiphaine veut devenir esthéticienne au lieu d'envisager un cursus universitaire. Elle finira par être policière. Et Eliott est un premier de la classe, qui veut faire du catéchisme, et exprime des opinions nettement à droite, alors que ses parents se positionnent politiquement à gauche. Salomé deviendra une sorte de Greta Thunberg dictatoriale sur toutes les valeurs écologiques avec que les comportements de consommation soit en adéquation avec le dogme.
  •  

  • Les Lepics sont persuadés que le mode d’éducation strict, reçu de leurs parents, est la solution aux problèmes de la jeunesse actuelle. Ils prônent les valeurs fondamentales, sont d’accord sur tout et forment un couple « raisonnable et sensé ». Leurs enfants doivent, en théorie, filer droit. Pas question de rigoler, le maître mot est la réussite, sociale et scolaire. Là aussi la réalité va s'écarter du modèle type : Christophe, l'ainé, accumule les mauvais résultats scolaires. Les Lepic veulent tout gérer et tout cadrer, mais en réalité, ils ont une capacité à dramatiser tout ce qui s'écarte de leur modèle, et réagissent en recourant à l'autorité ce qui crée régulièrement de petites crises familiales ! Ça crie et ça fuse ! 

Dans cette série, il est amusant de voir comment la volonté de contrôle éducatifs des parents poussent leurs enfants loin de ce qui compte pour eux.

Beaucoup de parents aimeraient avoir la formule miracle pour savoir comment éduquer ses enfants. Pourtant, il n’y a pas de formule miracle. L’approche ACT, ou thérapie de l’acceptation et de l’engagement, peut-être une piste pour gagner en flexibilité pour accompagner mieux ses enfants afin qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, tout en tissant une relation de qualité bienveillante avec eux

  • Tout d’abord accepter ce qu’ils sont. Sortir des attentes, la vie est toujours différente que ce que l’on a prévu ou imaginer. En outre, l’éducation est un long chemin. Il est nécessaire de savoir tenir la distance pour observer les fruits de son action.
  • Se comporter avec engagement et authenticité en fonction de ce qui compte pour soi. Avoir de la consistance et de la présence au contact de ses enfants. Aldo Naouri, le pédiatre, mettait en garde sur le fait d’avoir comme préoccupation première de leur faire plaisir car cela risquait de mettre les parents dans une position de séduction et dans une posture relationnelle horizontale alors qu’elle se doit d’être verticale, selon lui.
  • Avoir une posture de Sherpa auprès de ses enfants afin de les accompagner et de les aider
  • Ne pas rentrer en lutte avec eux mais les encourager afin qu’ils deviennent des experts de ce qui comptent pour eux. Il y aura irrémédiablement des moments de souffrance à accepter et à négocier. Parents demandent de savoir profiter des temps forts et savoir négocier au mieux les temps faibles de la relation.
  • Développer la curiosité, la créativité et l’engagement. Les aider à définir leurs valeurs, même si elles sont différentes de celle des parents.
  • Ne pas oublier que la frustration est un moteur de développement. En n’étant pas complètement satisfait, ils généreront l’envie de se satisfaire ailleurs et d’être créatif. N’est ce pas là une forme de désespoir créatif qu’aborde l’ACT ?
  •  

  • Vivre des moments avec eux dès le plus jeune âge. Avoir des enfants est un vrai engagement de vie qui demande de nombreux renoncements. Un enfant ne s’élève pas tout seul.
  • Ne pas oublier aussi que le destin d’un enfant est de foutre le camp pour qu’éventuellement il nous revienne en étant lui pour nouer une relation mature d’adulte avec ses parents. Il faut donc organiser des séparations dès leur plus jeune âge en les envoyant chez les grands parents, chez des copains, en colonie de vacances afin qu’ils développent leur autonomie et que les parents se retrouvent aussi, mais aussi pour avoir le plaisir de se retrouver et de se raconter plein de choses.
  • Avoir une main de fer dans un gant de velours. Les bénéfices du cadre que l’on impose, on les récolte de nombreuses années plus tard, mais cela vaut le coup.
  • Favoriser le lien et le dialogue. Ne pas rater une occasion de partager quelque chose avec eux. S’intéresser à ce qu’ils aiment même si c’est très loin de soi. Utiliser leurs gouts et centres d’intérêt pour vivre quelque chose avec eux. Autrefois, on le faisait en jouant au foot avec ses enfants, aujourd’hui c’est peut-être en faisant une partie de jeu ordinateur ensemble…
  • Ne pas comparer ses enfants aux réussites de ceux des autres que l’on voit sur les réseaux sociaux.
  • Savoir gérer son anxiété, son incertitude et son inquiétude sur l'avenir
  •  

  • Savoir parfois déléguer à d’autres parents de substitution (professeurs, entraineurs, etc.) des phases de l’éducation de nos enfants.
  • Savoir être humble et bienveillant avec soi. Chacun d’entre nous faisons le mieux que nous pouvons. Le plus important est d’être le plus souvent, juste là, à coté d’eux, à les regarder grandir avec amour et à les encourager dans leurs initiatives. Ils deviendront eux-mêmes.
  •  

A différentes étapes de leur vie, les enfants peuvent parfois être frustrant, décevant, source de renoncements. Il est important de ne pas se laisser aller à la déception mais savoir aller à leur rencontre. Rencontrer l’autre est savoir se laisser changer et évoluer par cette rencontre. Etre parents nous transforme. Cela nous demande beaucoup de flexibilité et de créativité. C’est une sacrée aventure car chaque parentalité est unique et ne possède aucun repère. Les parents ont à s’ajuster en permanence, en se faisant confiance et en sachant apprendre de leurs erreurs, car tous les parents font des erreurs ! On merdra tous. Moi aussi!!!

Avoir des enfants est une aventure de vie unique qui nous demande d’avancer pas à pas, sans savoir où l’on va arriver, mais en ayant confiance que l’on arrivera de toutes les façons quelque part. Cette aventure unique que vive chaque parent n’est-ce pas cela qui rend merveilleux cette expérience de vie ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Sandra 13/02/2021 19:10

Très bel article, sujet important et sensible,que les enfants. Merci pour ce partage.

Jean-Christophe seznec 14/02/2021 08:48

merci!

Sandra 13/02/2021 19:09

Très bel article, sujet important et sensible,que les enfants. Merci pour ce partage.

Présentation

  • : Le blog à palabres
  • : Espace de créativité, d'échanges et de palabres sur la vie, les humains et la psychologie. Boite à trucs et astuces mais aussi à réflexions
  • Contact

Recherche

Liens