Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 23:19
Martin winckler, les médecins sont-ils brutaux ou c'est le système sanitaire qui l'est?

Cher collègue,

De votre chaire d'éthique à Montréal, vous sortez un nouveau livre stigmatisant la brutalité relationnelle des médecins. En effet, les relations médecins malades sont parfois améliorables et discutables, j'en conviens. Lorsque j'étais chef de clinique, j'ai beaucoup œuvré pour apprendre à mes étudiants à frapper au chambre des patients, à dire bonjour ou à demander l'autorisation avant d'examiner un patient, autant d'évidence qu'il est nécessaire d'ancrer chez de jeunes étudiants qui peuvent vite être happé par l'industrialisation du soin à l'hôpital. Je vous rejoins lorsque vous dites que tout soin commence par une relation thérapeutique bienveillante et humaine.

Cependant votre livre tombe mal. Peut-être de votre Canada, vous ne vous êtes pas rendu compte que l'organisation de la médecine a beaucoup évolué ces dernières années et la situation des médecins est devenue pour beaucoup d'entre eux intenable, mais qui le sait? Elle fait en effet des patients des objets mais aussi des médecins des outils aux ordres. Les médecins sont aussi maltraités en France par une administration brutale qui compte et mesure en permanence et qui vous condamne dès que vous dépasser les normes statistiques ou que vous n'êtes pas assez rentables à l'hôpital. Nous sommes désormais payer par la CPAM à la "performance" sous forme de primes alors que ce métier est une vocation. La rémunération des médecins n'a pas sensiblement bougé depuis trente ans et nombre de libéraux travaille 50 à 60H par semaine. 20% des médecins en activités sont des médecins en retraite. Alors, le titre de votre livre manque terriblement de mansuétude pour les conditions de travail des médecins en France.

Depuis la Loi Bachelot[1] et le paiement à l'acte à l'hôpital, des médecins sont parfois contraints de pratiquer des examens inutiles pour augmenter la rentabilité de leur service afin de pas perdre de lits d'hospitalisation, de trouver des astuces pour coter au mieux les patients ou de tricher en disant que les sorties se font le samedi après-midi au lieu du samedi matin pour augmenter le taux de remplissage de leur service.

Les médecins sont depuis bien longtemps en survie en France. Ils sont épuisés. Nombre d'entre eux sont en Burn-out (40%). Depuis Le début de 2016, 112 médecins se sont suicidés. Alors, il est vrai que lorsqu'un médecin est Burn-out, il est plus détaché de son travail. L'un des trois symptômes majeurs du burn-out est le cynisme qui amène peut-être certains à être "brutaux". Mais peut on leur reprocher? C'est comme reprocher à un patient déprimé d'être trop lent dans son travail! Le titre de votre livre est particulièrement cynique.

La gestion administrative et industrielle que subisse les médecins est violente pour les patients mais aussi pour les médecins. En 15 ans, le système de santé français est passé de la première place à la 24ième[2]. Les médecins et les infirmières tirent la sonnette d'alarme en vain depuis de nombreuses années à travers différents mouvements de contestation.

Le malaise est fort chez les soignants. Le travail soignant est devenu plus pénible et de moins en moins attractif. Autrefois, il était prestigieux de faire médecine. Il y a encore de nombreux candidats aux études de médecine chaque année mais 40% des postes hospitaliers sont vacants et les déserts médicaux grandissent. Ces derniers touchent l'hyper ruralité, les banlieues difficiles et surtout Paris a vu aucune installation de médecin généraliste en 2014[3]. Cette désertification commence à toucher les villes moyennes. Autrefois la couverture médicale était bonne car les médecins travaillaient sans compter. Face aux contraintes administratives, les médecins renoncent à ce type d'activité pour de la médecine salariée mieux rémunérées et aux conditions moins difficiles. Les médecins libéraux préfèrent prendre leur retraite et de moins en moins de jeunes médecins souhaitent exercer en libéral[4]. Les jeunes ne veulent pas prendre le risque d'une situation sociale où ils leur faut attendre trois mois pour être indemnisé pour un arrêt de travail alors qu'il ne faut que deux jours lorsqu'ils sont salariés.

En effet Mr Winckeler, La situation s'est dégradée . Le travail des médecins a glissé d'un rôle de soignant aux manettes de la santé des patients à un rôle d'ouvrier spécialisé sous la commande des administratifs. Le travail et la vocation des médecins sont étouffés par une cohorte de gestionnaires. Notre société a en effet choisi d'investir dans le contrôle et la gestion plutôt que dans les soignants. L'Etat préfère des personnes avec des chronomètres mesurant les flux aux urgences que des humains qui tiennent la main des patients. Mais est-ce la responsabilité des médecins? Etait-il nécessaire de mettre le focus sur les médecins? Lorsque l'on transforme la santé en une immense administration, on encourage les soignants à avoir des relations administratives parfois "brutaux".

Ne vous inquiétez pas cher collègue. Bientôt, vos collègues français ne seront plus du tout brutaux car il n'y aura plus de médecins. Ils auront renoncé à leur vocation ou seront partis dans des pays plus clément comme vous au Canada. Cependant, je tiens à vous dire que votre livre fait mal à ces médecins français qui en prennent régulièrement plein la figure depuis de nombreuses années. Avant de faire l'annonce d'un diagnostic, habituellement on prend bien le soin d'examiner la situation. En outre, l'annonce diagnostic se fait avec humanisme et sans "brutalité". Comme beaucoup de collègues avec qui j'échange sur les réseaux sociaux, je ne vous remercie pas du titre de votre livre.

Docteur jc seznec

Auteur de "La médecine en danger, qui va nous soigner demain?'

Membre du bureau de l'UFML

[1] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020879475&categorieLien=id

[2] http://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/0211317474229-sante-la-france-mal-placee-au-classement-mondial-2029468.php

[3] http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2014/10/17/zero-installation-de-generalistes-a-paris-en-2014-la-mairie-lance-un-plan-dactions-_252736

[4] Le nombre de médecins de ville retraités a bondi de 56 % en six ans pour atteindre 62 490 en juillet 2016, selon les derniers chiffres de la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF). Ils étaient moins de 40 000 en juillet 2010.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog à palabres
  • : Espace de créativité, d'échanges et de palabres sur la vie, les humains et la psychologie. Boite à trucs et astuces mais aussi à réflexions
  • Contact

Recherche

Liens