Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 07:51

c4132b_bd36459c2df0a1df3dabad0c1da4ccbd.jpg

Mimie Le Meaux est une des interprètes du Cabaret New Burlesque que j'ai vu récemment  au Théâtre du Rond Point. Le Cabaret New Burlesque est un spectacle de striptease improbable créé en 2004 par Kitty Hartl lors du festival I.D.E.A.L.  avec cinq filles et un garçon. L'objet de ces effeuillages n'est pas de séduire directement ou d'émoustiller un public masculin. L'objet de ce cabaret est de mettre en scène des filles avec des physiques de Madame Du Schmoll  ("Gros cul", formes généreuses, cellulite) et qui savent à peine danser en détournant avec dandysme, humour et joie tous les clichés des Pin Up des années 50.

A quoi bon me diriez vous? Justement tout est là! En effet, combien de filles ont peur de ne pas être à la hauteur, qu'on les juge ou qu'on ne les apprécie pas et qui avancent dans la vie de façon détournée pour marcher comme des crabes de coté pour tenter de montrer leur meilleur profil comme si il en existait un? Vous vous reconnaissez?

Ces artistes nous montrent un corps qui pourrait être source de souffrance comme Kelly Wilson, l'un des créateurs de l'ACT, nous montre son histoire personnelle éprouvante pour nous montrer que malgré cela il est possible de cheminer avec plaisir et bonheur dans sa vie; tuant ainsi en début de conférence toute tentative de comparaison ou de mesure de sa propre souffrance avec la sienne au risque de toucher le malsain ou le grotesque (Arrgh, la fameuse machine à comparer de notre cerveau).

Dans ce spectacle, toutes ces angoisses corporelles sont laissées de coté pour jouer de ce que ces danseuses sont : des femmes et des êtres humains de chair et de sang, et non des déesses, qui assument leur corps et leurs envies et qui ont le droit de rire et de s'amuser. Le symbole de cela est le cache téton avec le pompon au bout qu'elles font tourbillonner joyeusement dans les airs et que les hommes chauves peuvent coller aussi sur leur tête, dixit Kitten on the Keys, la maitresse de cérémonie. Cette dernière aligne tout au long du programme avec assurance toute une panoplie de tenues les plus improbables possibles.

Mesdames, je vous le dis, lorsque vous aurez vu Kitten on the Keys, vous n'aurez plus aucune angoisse devant votre penderie. Ce qui est important n'est pas le vêtement que vous portez mais ce que vous en faites et comment vous en jouez. C'est ainsi que vous serez belles! Toutes ces dames du cabaret New Burlesque sont belles de leur humanité.

Attention, ce n'est pas un zoo humain où l'on serait rassuré de voir des pires que nous. Personne n'est là pour s'exhiber. Il s'agit uniquement d'êtres humains comme vous et moi qui assument et qui jouent de ce qu'ils sont pour inventer leur vie. En cela il s'agit d'une démarche totalement punk de leur corps. L'une des directions du mouvement punk était de casser tous les codes, les symboles et les croyances entravantes pour, dans cet instant là, inventer sa vie, libre de tout (je vous conseille d'ailleurs d'aller voir l'expo punk qui a lieu actuellement à la Cité de la Musique). Mathieu Almaric s'est emparé de ce cabaret pour en faire un film "Tournée" primé au festival de Cannes. Ce film montre des êtres imparfaits, voire médiocres, fragiles, blessés en tournée avec ce cabaret New Burlesque. Le passage sur la scène symbolise la représentation sociale dans laquelle nous avons tous tendance à nous engager pour faire bonne figure et pour tenter de masquer nos failles. Quelle perte d'énergie qui nous vole beaucoup de notre temps de vie car nous avons tous des failles et des blessures  et nous savons que tous les gens en face de nous en ont autant que nous. Alors quel sens cela a d'essayer "d'avoir l'air" comme dirait Jacques Brel alors que plus on masque et plus nous n'avons plus l'air du tout. A la fin du film de Mathieu Almaric, chaque protagoniste a laissé de coté sa souffrance pour jouer et à être simplement là, comme de grands enfants, avec leurs souffrances et leurs solitudes, tous ensemble dans une communion ludique que symbolise le fait que pour s'amuser et être authentique ils n'ont désormais plus besoin de public.

Le Cabaret New Burlesque est un spectacle principalement pour les filles. En effet, ces dernières souffrent plus d'angoisses de leur apparence que les hommes. Je conseille d'ailleurs à toutes mes patientes en lutte avec leur corps de prendre des cours de cabaret New Burlesque avec le risque de se payer de beaux moments de fou rire.

Mimi Le Meaux est belle d'être un être humain qui joue de la vie portant ses tatouages comme autant de cicatrices de sa fragilité et de ses blessures. Peu importe, le pourquoi et le comment de celles-ci car on ne veut pas le savoir, car la vraie vie est ici et maintenant et c'est ce qu'elle nous offre dans son effeuillage. C'est en cela qu'elle est au final belle et séduisante. Elle est une sacrée ambassadrice de l'ACT!

En outre, la cerise sur le gâteau, c'est que dans la salle, il y avait Julien Clerc, ce canon de beauté qui pourrait avoir toutes les plus belles filles à ses pieds et qui a choisi de venir voir s'amuser et rire des femmes, des vraies, avec leurs corps de Mme Du Schmoll. Femmes je vous aime!

 

 

ACT : Thérapie de l'acceptation et de l'engagement

JC Seznec : "J'arrête de lutter avec mon corps", Ed PUF.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe seznec
commenter cet article

commentaires