Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 09:49

Bonjour à tous,

Voilà, c'est la rentrée. Tout le monde à repris progressivement le travail en dehors de quelques dissidents qui prennent le contre-pied en prenant des vacances en septembre pour profiter d'un éventuel été indien à distance de la foule. La rentrée scolaire est passée, les cartables sont remplis et nos chérubins doivent franchir une nouvelle année scolaire. Chacun a repris son quotidien et au cabinet, j'observe un afflux d'appels et de demandes de thérapie. Ma tête me dit que ce retour dans le quotidien nous confronte à la réalité de nos symptômes, de nos souffrances, de nos difficultés à faire avec ou à nous adapter à une contrainte ou à un rythme de vie. Les psychanalystes diraient que c'est la confrontation à la réalité! Ma tête me dit aussi que c'est un peu comme si chacun souhaitait, telles de bonnes résolutions, prendre soin de lui afin d'aborder au mieux cette traversée jusqu'au prochain été ou les prochaines vacances. Certes, on peut soigner mais pourquoi pas prévenir?

Lors de la reprise de contact, mes patients me rapportent souvent que durant ces fameuses vacances passées, leurs symptômes, leurs troubles ou leurs souffrances se sont amendés ou ont disparu. Les anxieux étaient moins anxieux, les trichotillomanes s'arrachaient moins les cheveux, les boulimiques avaient une alimentation plus stable, etc. Pourtant, je constate avec eux que c'était la même personne qui était au travail l'année dernière, en vacances cet été et qui reprend actuellement le travail. Ces personnes qui allaient mieux en vacances avaient le même corps, le même cerveau, les mêmes neurones, le même cœur… qu'aujourd'hui avec la réapparition des symptômes. Alors où se situe la différence? Qu'est ce qui change?

Ce qui change est à mon avis, notre regard sur ce qui nous entoure, notre attitude, notre flexibilité psychologique, notre façon d'interagir, de se positionner dans la temporalité ou d'être en contact avec ce qui est important pour nous. Autant d'éléments que nous pouvons librement continuer à avoir même pendant cette période de travail en attendant l'été prochain, même si nous avons à surfer avec peut-être plus de contraintes et avec un rythme plus élevé.

En vacances, nous arrivons à nous connecter à nous. Pourquoi ne pas continuer à le faire pendant l'année? Qu'est ce qui nous empêche de nous connecter à l'instant et nos valeurs dans tous les interstices de la vie professionnelle: en marchant, en prenant notre douche, en mangeant, en faisant nos courses, etc. Rien ne nous empêche de continuer à nous comporter en se disant "je choisi" au lieu des "je dois" et des "il faut". Rien ne nous empêche à ne pas nous laisser happer par une instrumentalisation de notre être et par une attitude de robot. Pour reprendre un slogan à la mode "la vie c'est maintenant", même pendant l'année! En outre, si le travail est contraignant, nous ne sommes pas au travail 24H sur 24H. Il reste des espaces et nous sommes responsables de la façon de  les habiter et de les vivre pour continuer à prendre soin de nous. Aussi, je vous encourage à volontairement continuer à garder l'esprit de vacances le plus longtemps possible avant que la routine du quotidien n'abrase votre humanité. Aujourd'hui, c'est mon jour préféré alors bon courage!

http://www.l-arret-creation.com/les_ateliers/index.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe seznec
commenter cet article

commentaires